•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UdeM reporte la rentrée en présence au 31 janvier, l’UQAM vise le 24

Des gens assis à des tables dans un local vitré.

Les étudiants de l'UQAM devront suivre leurs cours en ligne pour les deux premières semaines de la session d'hiver 2022.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La propagation virulente du variant Omicron du coronavirus incite les universités du Québec à prolonger l'enseignement à distance, sans pour autant retarder le début de la session d'hiver 2022.

C'est notamment le cas de l'Université de Montréal (UdeM), qui a fait savoir en fin de journée mardi que la rentrée en présence, initialement prévue le 17 janvier, serait reportée de deux semaines.

D’ici le lundi 31 janvier, toutes les activités qui peuvent se tenir à distance devront obligatoirement l’être, a indiqué le recteur de l'UdeM, Daniel Jutras, dans un courriel transmis à la communauté universitaire.

Le report du retour en présentiel est rendu nécessaire par la très grande contagiosité du variant Omicron actuellement en circulation au Québec, écrit-il.

« En repoussant le retour en présentiel au 31 janvier, nous pourrons mieux mitiger les risques sur nos campus, gérer le taux d’absentéisme provoqué par les infections dans notre communauté et donner du temps à la campagne de vaccination de faire son œuvre. »

— Une citation de  Daniel Jutras, recteur de l'UdeM

L'Université du Québec à Montréal (UQAM) a également annoncé mardi sur son site web que la rentrée en présence sera repoussée au 24 janvier. C'est donc dire que les cours des deux premières semaines de la session seront offerts en ligne, le trimestre d’hiver commençant le 10 janvier dans la grande majorité des programmes.

Toujours à Montréal, l'Université Concordia offrira elle aussi ses deux premières semaines de cours à distance, soit du jeudi 6 janvier au mercredi 19 janvier inclusivement. Il est prévu que l'enseignement en présence recommence le jeudi 20 janvier.

L'Université McGill, pour sa part, a annoncé le 31 décembre que la plupart des cours qu'elle offrira cet hiver devront être suivis en ligne jusqu'au 23 janvier.

De même, l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) a opté elle aussi pour une rentrée en présence tardive. Tout comme l'UQAM et McGill, l'UQAT privilégiera l'enseignement à distance jusqu'au 23 janvier inclusivement.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Déjà, le 30 décembre, le premier ministre François Legault avait annoncé en conférence de presse que la rentrée en présence dans tous les établissements d'enseignement primaire, secondaire et postsecondaire ne serait pas permise avant le lundi 17 janvier.

Il semble toutefois que certaines universités préfèrent jouer de prudence et retarder encore plus le retour des étudiants et du personnel dans les salles de classe en raison de la situation pandémique.

D'autres universités en réflexion

D'autres établissements d'enseignement supérieur pourraient eux aussi renouer plus longtemps que prévu avec l'enseignement en ligne, comme ce fut largement le cas l'an dernier.

C'est le cas de l'Université Laval, à Québec, qui a fait savoir mardi qu'il lui apparaissait vraisemblable que l’activation du plan de repli doive s’étendre jusqu’au 30 janvier. L'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), par exemple, prévient elle aussi sur son site que la direction diffusera de nouvelles directives cette semaine.

Le ministère de l'Enseignement supérieur prévient toutefois que c'est le gouvernement du Québec qui aura le dernier mot.

Si un établissement donne une orientation différente à sa population étudiante que celle qui est recommandée actuellement par la santé publique, il se pourrait qu’il doive revoir cette orientation, en fonction de l'évolution de la situation, a précisé un porte-parole dans une déclaration transmise à Radio-Canada.

Par ailleurs, il n'y a pas qu'au Québec que la rentrée en présence fait débat. Dans plusieurs autres provinces, des universités ont décidé de prolonger l'enseignement à distance pour protéger leurs communautés. C'est le cas en Ontario, en Colombie-Britannique, en Alberta et en Saskatchewan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !