•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eau potable dans les communautés des Premières Nations : une entente de 8 G$ acceptée

Un récipient transparent contenant de l'eau jaune brandit devant le bâtiment de l'Assemblée législative de l'Ontario.

Sol Mamakwa, membre du Parlement provincial de l'Ontario, brandit de l'eau recueillie auprès de la Première Nation Neskantaga lors d'un rassemblement organisé le 20 juillet 2021 à Queen's Park, à Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Carlos Osorio

Radio-Canada

L'approbation d'un règlement de 8 milliards de dollars dans le cadre d'un recours collectif concernant l'eau potable dans des communautés des Premières Nations du Canada est un « moment historique », selon la cheffe de la Nation crie de Tataskweyak, dans le nord du Manitoba, Doreen Spence.

Rectificatif

Une précédente version de ce texte faisait état d'un règlement avec les Premières Nations du Manitoba. En fait, l'entente inclut plusieurs autres communautés au Canada.

La Cour fédérale du Canada et la Cour du Banc de la Reine du Manitoba ont rendu une décision conjointe le 22 décembre, approuvant le règlement dans le cadre de deux recours collectifs nationaux intentés contre le gouvernement fédéral par des Premières Nations.

La Nation crie de Tataskweyak, qui fait l'objet d'un avis concernant la qualité de l'eau potable depuis 2017, et deux communautés ontariennes - la Première Nation de Curve Lake et la Première Nation de Neskantaga - ont mené ces poursuites qui pourraient entraîner l'indemnisation d'environ 120 communautés des Premières Nations, tout comme 142 000 personnes habitant dans 258 communautés.

« Elles auront accès à une eau potable sûre, que tant de Canadiens tiennent pour acquise. »

— Une citation de  Michael Rosenberg, avocat principal des trois plaignants

À la poursuite pouvait se joindre tout Autochtone ayant vécu sur des terres qui ont fait l'objet d'un avis concernant la qualité de l'eau potable pendant au moins un an, à n'importe quel moment entre le 8 novembre 1995 et aujourd'hui.

En plus de l'indemnisation, les poursuites visaient également à forcer le gouvernement à construire immédiatement, ou à en approuver et à en financer la construction, des systèmes d'eau appropriés pour les plaignants.

L'accord trouvé offrira donc une indemnisation financière aux personnes privées d'eau potable et modernisera la loi canadienne sur l'eau potable des Premières Nations.

Les Premières Nations pourront désormais collaborer avec le Canada de manière plus significative et auront accès à des normes relatives à l'eau qui n'ont jamais existé auparavant dans les communautés , se réjouit Mme Spence.

« Nous avons hâte de voir le jour où toutes les Premières Nations auront accès à une eau saine, maintenant et pour toujours. »

— Une citation de  Doreen Spence, cheffe de la Nation crie de Tataskweyak

En plus d'un engagement d'au moins 6 milliards de dollars pour soutenir un accès fiable à l'eau potable dans les communautés, l'accord de règlement prévoit une indemnisation de 1,5 milliard de dollars pour les personnes privées d'eau potable, la création d'un fonds de restauration économique et culturelle des Premières Nations de 400 millions de dollars et la création d'un comité consultatif des Premières Nations sur l'eau potable.

La cheffe de la Première Nation de Curve Lake, Emily Whetung, a toujours fait bouillir l’eau pendant la majeure partie de sa vie.

Je n'avais pas l'impression que c'était réel avant d'avoir la décision en main et de pouvoir dire : "Regardez, cela va vraiment être fait!", raconte Mme Whetung.

M. Rosenberg a déclaré que les avis actuels sur la qualité de l'eau potable seront levés dès que possible.

Certains devraient être levés dans les semaines et les mois à venir, avec l'espoir que les lacunes en matière d'infrastructure seront comblées afin d'éviter de revenir à une situation comme celle que nous connaissons actuellement et que nous avons connue, a expliqué l’avocat.

Après la fin de la période d’appel, le 20 février prochain, le règlement pourra être mis en œuvre.

Avec les informations de Raffy Boudjikanian et Nathan Liewicki

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !