•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manger moins de viande pour économiser? Ça marche!

Une inflation galopante, une facture d’épicerie qui gonfle… Et si une des solutions pour réduire les dépenses était de manger moins de viande? L’épicerie a fait l’exercice, avec des économies intéressantes : 650 $ par année.

Une tirelire en forme de cochon contient un billet de banque. À côté, un sac en tissu contenant des fruits et des légumes.

En diminuant notre consommation de viande, il est possible de faire des économies.

Photo : getty images/istockphoto / CentralITAlliance

Avec quatre enfants à la maison, Marie-Hélène Roussel et son conjoint dépensent chaque semaine autour de 350 $ à l’épicerie. Pourtant, ils ne fréquentent qu’un supermarché à bas coût et magasinent en fonction des promotions.

Mais Marie-Hélène l’a bien remarqué : en 2021, sa facture hebdomadaire n’a cessé d’augmenter.

Pourtant, cette famille cuisine tous les jours et achète peu de produits transformés. Par contre, ce couple et ses quatre enfants mangent de la viande tous les jours, midis et soirs.

Des solutions simples

Johane Despins, Marie-Hélène Roussel et Suzanne Lepage autour d'un chariot dans une épicerie.

La nutritionniste et coordonnatrice en sécurité alimentaire du Dispensaire de Montréal, Suzanne Lepage, donne ses trucs à Marie-Hélène Roussel pour économiser à l'épicerie.

Photo : Radio-Canada

Nous avons donc demandé à la nutritionniste et coordonnatrice en sécurité alimentaire du Dispensaire de Montréal, Suzanne Lepage, d’examiner les factures d’épicerie de notre famille de Longueuil.

La majorité des individus consomme trop de viande en général, constate Suzanne Lepage. Si on suit l'assiette équilibrée du Guide alimentaire canadien, seulement un quart de l'assiette devrait être constitué de protéines animales.

On pense qu'on a besoin de beaucoup de protéines dans la vie, ajoute la nutritionniste. Mais tous les repas finissent par s'additionner et, souvent, on mange deux fois plus de protéines que ce dont on a réellement besoin dans une journée.

Première solution pour économiser, selon notre experte? Diminuer la quantité de viande par repas.

J'ai fait le calcul avec les œufs, avec les légumineuses et avec le tofu. Juste en remplaçant la viande pour trois repas, on économise jusqu'à 12 $ par semaine.

« En remplaçant les protéines animales par des protéines végétales juste trois fois par semaine, cela permet d’économiser 650 $ par année. »

— Une citation de  Suzanne Lepage, nutritionniste et coordonnatrice en sécurité alimentaire, Dispensaire de Montréal

Mais à une condition : se tenir loin des produits végétariens ultra-transformés, comme les saucisses ou les boulettes, qui coûtent parfois plus cher que leur équivalent en viande.

Des solutions savoureuses

Suzanne Lepage recommande notamment à Marie-Hélène, qui souhaite préparer des tacos en famille, de découvrir la protéine végétale texturée (PVT). C'est la fève de soya dont on a extrait l'huile pour faire de l'huile de soya. Une fois réhydratée, c'est assez incroyable : la texture ressemble à s'y méprendre à de la viande hachée.

Pour ne pas choquer les papilles des enfants, Suzanne recommande de commencer en coupant la viande de moitié, et en remplaçant donc le reste par de la PVT.

Une tortilla remplie de protéine végétale texturée dans une assiette.

Remplacer la viande par de la protéine végétale texturée, une idée simple et délicieuse pour économiser.

Photo : Radio-Canada

Suzanne propose aussi de cuisiner du tofu en bâtonnets, enrobés de panko et cuits au four.

Résultat du test : les enfants adorent.

Le goût, ça inclut la texture : est-ce que c'est agréable à manger? À partir de là, que ça soit de la viande ou pas, si c'est bon, si c'est agréable à manger, ils vont embarquer.

Quelques trucs à retenir, selon Suzanne Lepage, pour économiser facilement :

  • S’assurer de la bonne portion, c’est le principe de base pour économiser;
  • Choisir des coupes de viandes plus économiques;
  • Faire aimer pour ne pas gaspiller. Ce qui est jeté est une perte totale dans le budget;
  • Introduire des plats végétariens, en collaboration avec les enfants;
  • Penser aux légumineuses, tofu, tempeh…
  • Oublier les imitations de viandes, souvent aussi chères, voire plus;
  • Penser aux poissons en conserves, économiques et nutritionnels;
  • Penser à l’assiette du Guide alimentaire.
Couverture du nouveau Guide alimentaire et de l'assiette santé.

Mise en pratique du nouveau Guide alimentaire

Photo : Gouvernement du Canada

Une étude récente de l’Université d’Oxford, en Angleterre, confirme elle aussi qu’on peut facilement économiser en diminuant notre consommation de viande, et même réduire notre facture de 30 % si on l’élimine carrément.

Suzanne Lepage recommande toutefois d’y aller graduellement. Il suffit de penser que, parfois, dans la salade, on peut mettre un peu de fromage. Si on mange une recette asiatique, on peut ajouter des arachides écrasées, ajoute-t-elle. Il y a beaucoup de façons de venir pimper notre repas en protéines pour que ça coûte moins cher.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !