•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet pilote aide les jeunes Calgariens à obtenir des soins en santé mentale

Les visites à l’urgence de l'Hôpital pour enfants de l'Alberta pour des raisons de santé mentale ont augmenté de 40 % depuis 2018.

Un adolescent assis sur une planche à roulettes entre deux rangées de casiers.

Les visites à l’urgence de l'Hôpital pour enfants de l'Alberta pour des raisons de santé mentale ont bondi de 40 % depuis 2018, selon AHS.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Un organisme calgarien spécialisé dans l'aide aux personnes atteintes de maladie mentale, Hull Services, vient en aide aux familles en crise de la région de Calgary en les aidant à naviguer à travers le système de santé.

Erin Gionet aurait bien aimé qu’une telle ressource existe lorsqu’elle a fait admettre son fils de 15 ans à l'hôpital en novembre 2020.

Cela a été la pire nuit de ma vie. [...] J’ai eu vraiment peur et je me suis dit que, si je ne faisais rien, je ne me le pardonnerais jamais, raconte la mère de famille, qui a craint pour la vie de son fils.

Obtenir de l’aide n’a cependant pas été facile.

S'orienter dans le système [de santé mentale] lorsqu'on est en crise, c'est vraiment difficile parce qu'on a le besoin immédiat d’aider un membre de sa famille, explique-t-elle.

En même temps, il faut faire beaucoup d'appels, prendre en note une foule d’adresses courriel et de sites Internet. [...] Cela peut être très déroutant.

Comment s’y retrouver?

Le projet pilote du centre Hull Services a été lancé en août et est le premier du genre à Calgary. Il doit durer six mois, mais pourrait s’étendre sur deux ans, si son succès se confirme.

La psychologue April MacDougall est la première à le diriger. Son rôle est d’orienter gratuitement les familles vers les ressources en santé mentale et en dépendances offertes dans la région de Calgary dont elles ont besoin.

C’est un processus qui peut isoler les familles parce qu'il peut être très difficile de faire des recherches soi-même si on ne sait pas comment fonctionne le système, explique-t-elle.

Elle dit que les familles qui la contactent font face à toutes sortes de problèmes tels que le stress, des relations conflictuelles entre les parents et les enfants, l’impact de la pandémie de COVID-19 ou encore la consommation de drogues.

En 5 mois, le programme est déjà venu en aide à plus de 65 familles.

Selon la psychologue, ce service est essentiel, même s’il n'élimine pas les listes d’attente.

Les familles sont heureuses de pouvoir parler de ce qui leur arrive à quelqu’un qui a des connaissances en la matière et qui connaît la manière dont fonctionne le système, dit-elle.

Un système complexe

Erin Gionet a quant à elle dû interrompre ses études universitaires pour aider son fils et trouver les ressources nécessaires pour l’aider.

C'est très compliqué et complexe de s'y retrouver dans le système de santé mentale. Je crois que c’est pour cela que beaucoup d’enfants se retrouvent à l’urgence, affirme un médecin d’urgence pédiatrique à l'Hôpital pour enfants de l'Alberta, Stephen Freedman.

Selon Services de santé Alberta (AHS), les visites de jeunes à l’urgence de l'Hôpital pour enfants de l'Alberta pour des raisons de santé mentale ont augmenté de 40 % depuis 2018.

Par ailleurs, les cas d'automutilation, qui sont comptabilisés à part, ont plus que doublé.

Un projet attendu depuis longtemps

Selon Hull Services, le projet était en discussion depuis des années à Calgary, mais n’a pas été mis en place plus tôt en raison du manque de financement.

Le projet pilote bénéficie d’un budget de 80 000 $, dont plus de 56 000 $ viennent du programme d’aide en santé mentale Change Can’t Wait, mis sur pied par la Ville.

Le reste du financement provient d’autres sources de revenus de l’organisme Hull Services.

Plus d’un an après le séjour de son fils à l’hôpital, Erin Gionet a repris ses études et a décidé de consacrer son mémoire de maîtrise à la question du soutien aux familles pour s'orienter à travers le système de santé mentale.

La santé de son fils s’est également beaucoup améliorée.

Il gère son trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité avec des médicaments et d’autres types de traitements et il va beaucoup mieux. Il est en douzième année et il réussit très bien, dit-elle.

Avec les informations de Lucie Edwardson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !