•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Croissance démographique marquée par la migration interprovinciale dans les Maritimes

Une intersection routière au centre-ville d'Halifax.

Les provinces de l'Atlantique ont été perçues comme des milieux de vie sécuritaires au début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Les provinces de l'Atlantique ont connu une croissance démographique soutenue au cours de la dernière année. Alors que la Nouvelle-Écosse a franchi le cap du million d’habitants, le Nouveau-Brunswick a vu sa population passer de 789 225 à 794 300 habitants cet été. Il s'agit d'un gain de 5075 personnes en seulement 92 jours, ce qui constitue par ailleurs la hausse trimestrielle la plus élevée que la province ait enregistré depuis les années 1970.

Dans les provinces de l'Atlantique, où le nombre de décès dépasse généralement le nombre de naissances, cette augmentation démographique est attribuable à l’immigration et à la migration interprovinciale.

Et contrairement aux années antérieures, notamment au Nouveau-Brunswick, le moteur de la croissance cette année, ç'a été principalement la migration interprovinciale, donc l’accueil de nouveaux Canadiens de l’extérieur de la province mais de l’intérieur du Canada, explique Richard Saillant, économiste et spécialiste des relations publiques.

Terre-Neuve-et-Labrador a rapporté un solde migratoire interprovincial positif au cours du troisième trimestre de 2021 avec 1856 personnes qui y ont déménagé contre 1614 qui l’ont quittée. Durant la même période en 2020, ce solde avait été négatif parce que le nombre de personnes qui avaient quitté la province était supérieur au nombre de personnes qui y avaient emménagé.

Un scénario semblable a également été observé à l’Île-du-Prince-Édouard. Quant à la Nouvelle-Écosse, la migration interprovinciale y a fait un bond de 47 % en un an.

Bonne nouvelle pour l’économie locale

Au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, ces nouveaux résidents semblent principalement arriver de l’Ontario. Les gens vendent leur propriété et viennent se retrouver dans des endroits où les prix des propriétés sont moins élevés, affirme l’économiste.

En revanche, il s’agit en grande partie d’une population âgée de 55 ans et plus et non du noyau dur de la population active, qui comprend les gens âgés de 25 à 54 ans, précise Richard Saillant.

M. Saillant est d’avis que ces nouveaux arrivants, même s’ils sont à l’âge de la retraite ou de la préretraite, contribuent à l’économie provinciale. Des gens qui sont capables de vendre leur propriété à un million de dollars vont payer des taxes, dépenser localement. C’est une bonne nouvelle! s’exclame-t-il.

Leur arrivée stimulera d’ailleurs les transferts fédéraux, ajoute-t-il. Pour chaque individu qu’on reçoit au Nouveau-Brunswick, le gouvernement reçoit 4000 $ par année du gouvernement fédéral.

Demande de logements

Dans la région métropolitaine d’Halifax, cette tendance à la hausse n’est somme toute pas nouvelle. L'agent immobilier Jules Chamberlain la constate depuis 2018. C’est comme si le monde avait enfin réalisé ou commencé à réaliser qu'Halifax et la Nouvelle-Écosse, c’était un endroit spécial, souligne-t-il.

Jules Chamberlain en entrevue par visioconférence.

Jules Chamberlain est agent immobilier à Halifax.

Photo : Radio-Canada

Or, déjà à cette époque, les offres sur le marché immobilier étaient de plus en plus limitées. Ce problème n’a fait que s’amplifier avec l'arrivée de la pandémie, la province étant dorénavant perçue comme une destination sécuritaire, avance Jules Chamberlain. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de place pour le monde, c’est juste que c’est un défi, nuance-t-il.

Les prix des logements, même s’ils restent inférieurs à ceux de l’Ontario ou de la Colombie-Britannique, ont augmenté ces dernières années. Cette hausse devrait se poursuivre en 2022, estime l’agent immobilier. 

Le plus gros défi au cours des prochaines années, conclut-il, sera tout de même la question de l’inventaire, nettement insuffisant par rapport à la demande actuelle de logements.

Avec les informations d'Héloïse Rodriguez-Qizilbash et de l'émission La Matinale d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !