•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accord entre Jeffrey Epstein et la femme qui poursuit le prince Andrew est dévoilé

Le prince Andrew.

Les avocats du prince Andrew jugent qu'un accord conclu avec Jeffrey Epstein exempterait leur client d'être poursuivi (archives).

Photo : Getty Images / Dan Kitwood

Associated Press

Une femme qui affirme avoir été livrée au prince britannique Andrew dans le cadre d'un trafic sexuel organisé par Jeffrey Epstein a accepté 500 000 dollars américains (638 000 dollars canadiens) en 2009 pour retirer sa plainte en justice contre le millionnaire américain et « tout autre accusé potentiel », ont révélé des documents judiciaires rendus publics lundi.

Les avocats du prince sont d'avis que la formulation choisie dans l'entente devrait empêcher Virginia Giuffre de poursuivre leur client aujourd'hui, et ce, même si ce dernier n'était pas directement impliqué dans l'accord initial.

Dans le cadre de cette entente hors cour, conclue en 2009, Virginia Giuffre a retiré ses allégations voulant que Jeffrey Epstein l'ait recrutée lorsqu'elle était adolescente pour en faire une esclave sexuelle dans son manoir de Palm Beach, en Floride.

Le prince Andrew n'était pas nommé dans cette plainte, mais Virginia Giuffre y avait déclaré que Jeffrey Epstein l'avait fait voyager partout dans le monde pour avoir des relations sexuelles avec de nombreux hommes, y compris des membres de familles royales, des politiciens, des universitaires, des hommes d'affaires et/ou des connaissances professionnelles et personnelles.

L'accord rendu public lundi ne mentionne pas non plus Andrew, mais il contient une phrase indiquant que l'entente protège aussi toute personne qui aurait pu être potentiellement poursuivie.

L'avocat qui représente le prince, Me Andrew Brettler, a déclaré à un juge fédéral de Manhattan que l'accord devrait libérer Andrew de toute prétendue responsabilité.

La poursuite affirme que le prince n'est pas concerné

Me David Boies, qui défend Virginia Giuffre, a mentionné dans un communiqué que la formulation qui doit protéger d'autres accusés potentiels ne s'applique pas à la poursuite qui vise le prince Andrew, notamment parce que ce dernier n'était pas explicitement cité et qu'il n'était pas au courant de l'existence de cet accord.

Il n'aurait pas pu être un "accusé potentiel" dans la poursuite visant Jeffrey Epstein, puisque, premièrement, il n'était pas assujetti à la juridiction de la Floride, et deuxièmement, ce dossier concernait des revendications dans lesquelles il n'était pas impliqué, a affirmé Me Boies.

Ce dernier voulait que l'entente entre Virginia Giuffre et Jeffrey Epstein soit rendue publique pour réfuter les affirmations faites au sujet de [sa cliente] par la campagne de relations publiques du prince Andrew.

Virginia Giuffre a enclenché une poursuite contre le prince en août, affirmant qu'il l'avait agressée sexuellement à plusieurs reprises en 2001, alors qu'elle avait 17 ans.

Les avocats du prince ont répliqué qu'Andrew n'a jamais abusé ou agressé sexuellement Mme Giuffre et qu'il nie sans équivoque les fausses allégations à son endroit.

Les plaidoiries visant à déterminer si la requête de Virginia Giuffre est recevable sont prévues pour mardi.

Jeffrey Epstein s'est suicidé en août 2019, à l'âge de 66 ans, alors qu'il était détenu en attente de son procès aux États-Unis pour des accusations de trafic sexuel qui n'impliquaient pas le prince Andrew.

Son ancienne conjointe et collaboratrice, Ghislaine Maxwell, a été condamnée la semaine dernière à Manhattan pour des accusations de trafic sexuel et de complot impliquant plusieurs femmes au terme d'un procès qui a duré un mois. Virginia Giuffre n'était pas l'une des victimes impliquées dans cette affaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !