•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Témiscamingue ontarien, future plaque tournante des batteries?

La raffinerie d'EBMC à Témiskaming Shores.

Cent millions de dollars ont été investis dans cette raffinerie d'EBMC.

Photo : Gracieuseté : Electra Battery Materials Corporation

Radio-Canada

Alors que la demande pour les véhicules électriques est en pleine expansion, Temiskaming Shores, dans le Nord-Est de l'Ontario, pourrait accueillir le premier parc industriel pour les batteries en Amérique du Nord.

Electra Battery Materials Corporation (EBMC), autrefois nommée First Cobalt, a investi jusqu’à présent 100 millions de dollars pour rénover une raffinerie existante.

Cette raffinerie produit plusieurs matériaux de base nécessaires pour les batteries au lithium utilisées tant pour les automobiles électriques que pour les téléphones intelligents.

Trent Mell, président d’EBMC, affirme que lorsque l’usine sera complètement opérationnelle, cela pourrait générer plus de 200 emplois dans la région.

Expansion par phases

Le plan d’expansion se fera en plusieurs phases, et chacune d'entre elles aura pour objectif d’améliorer la production pour les différents besoins de leurs clients.

La première phase consiste à raffiner le cobalt qui est utilisé actuellement dans les batteries au lithium, afin qu’il ne surchauffe pas. Ce matériau devrait être prêt vers la fin de 2022.

En 2023, EBMC espère lancer le recyclage du métal qui compose les batteries. Lorsque les plastiques sont retirés des batteries, le métal est déchiqueté et séparé.

« Tout le métal est broyé et transformé en une poudre. Nous appelons cela : la masse noire. »

— Une citation de  Trent Mell, président, Electra Battery Materials Corporation

Une fois les métaux séparés par des solvants, ils retournent dans la chaîne d’assemblage des batteries.

Selon M. Mell, à partir du moment où les installations seront fonctionnelles, cela pourrait soutenir le développement de nouvelles mines dans le Nord de l’Ontario.

Il y a, selon lui, beaucoup de potentiel minier inexploité dans le nord de la province, car le marché n’est pas présent. Ces nouvelles mines pourraient éventuellement fournir EBMC en matériaux et rendre leurs opérations économiquement viables.

400 000 véhicules électriques

Alors que l’Ontario s’est fixé comme objectif d’avoir 400 000 véhicules électriques ou hybrides d’ici 2030, Trent Mell souligne que son entreprise peut aider à combler le fossé technologique qui existe entre les minières et le secteur manufacturier.

« Je pense que ce projet connecte le Nord et le Sud. Les emplois d’assemblage, et les emplois de mine… nous sommes au centre de cette dynamique. »

— Une citation de  Trent Mell, le président d’EBMC

À la fin de 2020, les gouvernements fédéral et provincial avaient chacun investi 5 millions dans EBMC afin de l’aider à rénover sa raffinerie de Temiskaming Shores.

D'après les informations de Jonathan Migneault, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !