•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fermiers de la C.-B. face à un nouvel adversaire redoutable : le froid

Un agriculteur de dos regarde son champ.

Les froids extrêmes compliquent la vie des agriculteurs, qui avaient déjà dû faire face aux inondations de novembre.

Photo : Radio-Canada / ALEXANDRE LAMIC

La Presse canadienne

Après les fortes chaleurs de l'été dernier et les inondations automnales, les fermiers de la Colombie-Britannique doivent faire face à un autre adversaire redoutable : les froids extrêmes.

La température est descendue jusqu'à -16 °C dans la vallée du Fraser, une région plutôt connue pour son climat tempéré. Les tuyaux ou les systèmes de gestion de fumier de nombreuses fermes ont été gelés, les équipements se sont brisés. Les agriculteurs ne pouvaient plus compter sur leur main-d'œuvre.

Dans quel chapitre de l'Apocalypse jouons-nous aujourd'hui?, lance Richard Bosna.

Le fermier ne veut pas passer pour un plaignard et fait remarquer que les fermiers ne sont pas les seuls à subir les inconvénients du froid.

On doit surmonter la colère pour s'assurer de faire le travail de base chaque jour, ajoute-t-il.

Un homme tire une vache dans un pré complètement inondé.

Une personne essaie de sauver son bétail, dans une ferme à Abbotsford, en Colombie-Britannique, le 16 novembre 2021.

Photo : Reuters / Jesse Winter

Une année exceptionnellement difficile

À la mi-décembre, Environnement Canada avait lancé une alerte de vague de froid extrême dans le sud de la Colombie-Britannique, qui allait se poursuivre jusqu'au début de l'année. Les fermiers risquent de tomber de Charybde en Scylla, car une autre tempête de neige pointe à l'horizon.

Le premier ministre de la province, John Horgan, a reconnu que l'année avait été exceptionnellement difficile dans ses voeux du Nouvel An.

Pour plusieurs, l'année 2021 sera l'année où les changements climatiques ont frappé à la porte. En Colombie-Britannique, nous avons fait face à des sécheresses records, à des vagues de chaleur, à des feux de forêt, à des inondations et à des glissements de terrain, a-t-il précisé.

S'armer contre les changements climatiques

Selon le président du Conseil de l'agriculture de la Colombie-Britannique, Stan Vander Waal, le froid récent n'a pas touché les fermes de la même façon. Tout dépend des systèmes d'isolation ou si le bétail vivait dans une étable ou à l'extérieur. Il a toutefois rappelé que le froid était un facteur d'accroissement des dépenses pour le chauffage ou l'alimentation des bêtes.

Les fermes endommagées par les inondations à Abbotsford pourraient pâtir du froid, à cause de la moisissure dans les structures, ajoute-t-il.

Stan Vander Wall pense qu'un grand nombre de fermiers envisageront de renforcer leur protection contre les changements climatiques.

Quand on passe l'année en revue, on constate qu'on a vécu des extrêmes jamais connus précédemment, dit-il. Quand on a vécu cela une ou deux fois, on commence à élaborer une stratégie.

Deux personnes en kayak.

Deux personnes se promènent en kayak lors des inondations dans la vallée du Fraser.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Pénalisés plus d'une fois

Dans la ferme de Gagan Khakh, un agriculteur de la troisième génération à Abbotsford, les installations ont été lourdement endommagées par les inondations. Il se considérait comme chanceux de pouvoir compter sur d'autres champs à Chilliwack pour faire pousser des choux de Bruxelles, mais l'arrivée du grand froid a mis fin à tout cela.

C'est navrant! On a été pénalisé deux fois, affirme l'agriculteur. Selon lui, si la population veut vraiment soutenir les fermiers de la province, elle peut acheter des produits locaux lorsque c'est possible.

Il espère que l'année 2022 sera plus calme. On espère que ce sera une année où les choses reviendront à la normale, une année où il pleuvra normalement, où il ne fera pas trop froid trop rapidement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !