•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est la fin pour votre vieux BlackBerry

De vieux téléphones BlackBerry empilés.

Travailler de partout et en tout temps directement sur son téléphone : ce qui semble aller de soi aujourd'hui était loin d'être évident en 1999, année où la compagnie canadienne Research In Motion a lancé sur le marché le premier téléphone BlackBerry.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Les utilisateurs des téléphones BlackBerry – du moins ceux qui restent – devront bientôt se chercher un nouveau forfait de téléphonie cellulaire.

L'entreprise a annoncé que tous ses appareils qui utilisent son système d'exploitation, mis à jour pour la dernière fois en 2013, seront mis hors service le mardi 4 janvier 2022. Cette rupture de service ne concerne que les téléphones qui utilisent la technologie spécialisée de BlackBerry et non pas ceux, plus récents, qui ont un système d'exploitation Android.

Après cette date, les utilisateurs ne pourront plus téléphoner, ni recevoir de messages, ni naviguer sur le web, ni même appeler le 911.

Il fut un temps où les téléphones BlackBerry étaient omniprésents, tout particulièrement dans le domaine des affaires. Ces appareils équipés d'un véritable clavier miniature, d'un accès Internet et, surtout, d'une boîte courriel ont constitué une révolution dans le monde du travail à l'époque.

La chute d'un géant

Travailler de partout et en tout temps directement sur son téléphone : ce qui semble aller de soi aujourd'hui était loin d'être évident en 1999, lorsque la compagnie canadienne Research In Motion (RIM) a lancé le premier téléphone BlackBerry sur le marché.

Pour être à l'avant-garde de la mobilité, de nombreuses entreprises, banques et gouvernement du monde entier ont rapidement adopté cette technologie. Même le président des États-Unis Barack Obama recevait ses appels et envoyait ses courriels à l'aide d'un BlackBerry.

Des téléphones BlackBerry.

Les appareils BlackBerry, fabriqués à l'époque par une petite société canadienne appelée Research In Motion, ont été parmi les premiers téléphones intelligents connectés à Internet.

Photo : Photo fournie par BlackBerry

D'autres entreprises ont rapidement vu le potentiel du marché naissant des téléphones intelligents. En 2007, avec la sortie du premier iPhone, Apple est devenu un joueur incontournable sur ce marché avec un design coloré et un écran entièrement tactile qui a séduit les plus jeunes.

Toutefois, BlackBerry avait encore une longueur d'avance sur Apple à l'époque. En effet, le système d'exploitation conçu par RIM était alors considéré comme un des plus sécuritaires au monde.

Les courriels envoyés et reçus sur ces appareils ne transitaient pas par les canaux usuels du web : ils étaient plutôt stockés dans des serveurs dédiés, répartis à travers le monde. Toutes les communications étaient ainsi cryptées, ce qui rendait la possibilité d'une fuite ou d'un piratage quasi nulle.

Cependant, cette centralisation des données, d'abord vue comme un atout, est aussi ce qui a causé la perte du géant des communications.

En 2011, une panne majeure a affecté des serveurs de RIM un peu partout dans le monde. Résultat : des millions d'utilisateurs de BlackBerry ont perdu l'accès à leurs données et à leurs courriels pendant plusieurs jours.

Survenue au moment où la compagnie RIM était aux prises avec une concurrence féroce de toutes parts, cette panne a, selon plusieurs, signé l'arrêt de mort du BlackBerry comme superpuissance de la téléphonie mobile. Il n'en fallait pas plus pour que le cours de l'action de l'entreprise s'effondre, une chute dont elle ne s'est jamais véritablement remise.

L'entreprise, connue aujourd'hui sous le nom de BlackBerry Ltd, se spécialise désormais dans les systèmes de sécurité pour les entreprises et les gouvernements.

Promis pour l'année 2021, un nouveau téléphone intelligent qui utilise la technologie 5G se fait toujours attendre. L'entreprise n'a pas indiqué les raisons de ce retard, ni si elle comptait toujours effectuer son retour dans le monde des télécommunications.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !