•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux hôpitaux du nord du Manitoba ferment temporairement par manque de personnel

Un poste d'infirmières sur quatre est vacant dans cette région.

Chargement de l’image

Deux hôpitaux du nord du Manitoba ferment temporairement leurs portes en raison de problèmes persistants de manque de personnel, tandis que d'autres fonctionnent avec de nombreux postes d'infirmières non pourvus.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Deux hôpitaux du nord du Manitoba doivent fermer leurs portes quelques jours en raison de problèmes persistants de dotation en personnel. Cette situation pousse les habitants de la région à attirer l’attention sur des inégalités de longue date en matière de soins de santé.

Lundi, l’Office régional de la santé du nord du Manitoba annonçait la fermeture temporaire du Centre de santé Leaf Rapids. Jusqu’au 10 janvier, les soins cliniques seront donnés à Lynn Lake ou à Thompson.

C’est la deuxième fois que cet hôpital est fermé pendant la pandémie en raison d’un manque de personnel.

Mardi, l’ORS a annoncé que l’hôpital de Gillam serait fermé jusqu’au 5 janvier. La clinique qui offre des soins de première ligne sera ouverte le jeudi et le vendredi, mais toutes les autres offres de soins sont transférées à Thompson.

Chargement de l’image

Le Centre de santé de Leafs Rapids

Photo : Dennis Anderson

Pour le chef de la Nation Crie de Fox Lake, près de Gillam, cette annonce est inacceptable. Morris Beardy rappelle que Gilliam est à trois heures de route de l’hôpital le plus proche, à Thompson, et que l’aéroport ne dispose pas des infrastructures nécessaires pour accueillir une ambulance aérienne.

La communauté est inquiète à l’idée d’attendre une ambulance aérienne si quelqu’un a besoin de soins vitaux. Il faut une action immédiate pour résoudre ce problème de main-d’œuvre, et il faut une solution à long terme à cette crise, affirme Morris Beardy.

La nouvelle est également décourageante pour Dennis Anderson, qui vit à Leaf Rapids, à environ 750 kilomètres au nord de Winnipeg.

Sa mère, Minnie, âgée de 82 ans, souffre d’une maladie pulmonaire. Elle a souvent besoin d’une machine à oxygène ou d’une vérification de la tension artérielle à la clinique locale.

M. Anderson indique que sa mère est actuellement à Winnipeg pour des rendez-vous. Il pense qu’elle devrait rester sur place jusqu’à la réouverture de l’hôpital de Leaf Rapids.

Elle a des problèmes de mobilité et de multiples problèmes de santé. Je ne pense pas qu’il serait sécuritaire pour elle d’être dans sa communauté en ce moment, a-t-il affirmé.

Chargement de l’image

Dennis Anderson (à gauche) pense que sa mère Minnie Anderson devrait rester à Winnipeg, où elle se trouve en ce moment, jusqu'à la réouverture de l'hôpital de Leaf Rapids.

Photo : Dennis Anderson

Le Dr Brent Roussin, médecin hygiéniste en chef du Manitoba, a expliqué que les fermetures sont en partie dues à la pandémie et à la propagation du variant Omicron.

Nous avons des contraintes supplémentaires dans le réseau de la santé pour diverses raisons, mais surtout à cause d'Omicron. Et ce que nous savons, c’est qu’au moment même où nous constatons une augmentation du nombre de cas, une partie de ces cas touchent des travailleurs de la santé. Et donc, cela met une pression supplémentaire sur le personnel, a-t-il expliqué.

Problématique avant la pandémie

M. Anderson et le chef Beardy rappellent que les problèmes dans les soins de santé dans le nord de la province existaient bien avant la pandémie.

Cela fait des mois que nous faisons part de nos préoccupations sur cette crise imminente à l’Office régional de la santé du nord et à la ministre de la Santé. Nous avons écrit plusieurs lettres et nous avons rencontré la ministre en octobre, raconte M. Beardy.

Selon l’Office régional de la santé du nord du Manitoba, 109 postes d’infirmières étaient disponibles dans cette région sanitaire en date du 1er novembre, soit un taux de postes vacants de 25,2 %.

Niki Ashton demande une intervention immédiate

La députée fédérale de la circonscription de Churchill-Keewatinook Aski, la néo-démocrate Niki Ashton, demande une intervention immédiate du fédéral.

Dans une lettre adressée aux ministres des Services aux Autochtones et de la Santé, Patty Hajdu et Jean-Yves Duclos, Mme Ashton demande à Services aux Autochtones Canada de collaborer immédiatement avec la province du Manitoba et de prendre toutes les mesures nécessaires, y compris de faire appel aux Forces armées canadiennes, pour fournir les services médicaux d'urgence à Gillam et à Leaf Rapids.

La députée fédérale, qui représente le nord du Manitoba, indique que cette fermeture temporaire met les communautés à risque, elles qui sont déjà vulnérables pendant une autre vague de la pandémie.

Avec les informations de Rachel Bergen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !