•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’année 2021 riche en événements sur la scène politique en Atlantique

Une affiche jaune sur un mur indique la direction du bureau de vote.

Un retour sur les événements de 2021 avec le politologue Yvon Grenier.

Photo : CBC / Shane Magee

L’année 2021 dans le monde politique en Atlantique a été marquée par la pandémie, par des élections, par une croissance démographique et par des ententes menant à la réduction des frais de garde.

Les électeurs en Atlantique ont été appelés aux urnes lors de deux élections provinciales, à Terre-Neuve-et-Labrador le 27 mars et en Nouvelle-Écosse le 17 août. Ensuite, ils sont retournés aux urnes pour des élections fédérales le 20 septembre.

Yvon Grenier, politologue à l’Université St. Francis Xavier, rappelle qu’au début de la pandémie, des gouvernements devenaient soudainement plus populaires. Il explique que les choses ont cependant changé chez les électeurs en 2021.

Maintenant, tout cela s’est comme terminé l’été dernier, lorsque les conservateurs se sont lancés dans les élections provinciales en Nouvelle-Écosse avec à peu près 10 points de retard sur les libéraux, au printemps c’était 20 points. Ils ont quand même remporté les élections, souligne Yvon Grenier.

Yvon Grenier interviewé par vidéoconférence.

Yvon Grenier, politologue à l’Université St. Francis Xavier.

Photo : Radio-Canada

Par la suite, cela n’a pas complètement fait changer les idées aux libéraux fédéraux, mais eux aussi se sont lancés dans des élections sans aucune raison évidente parce qu'ils avaient la confiance du parlement, mais ils voulaient tenter de remporter une majorité, ça n'a pas fonctionné pour eux non plus, affirme le politologue.

Alors moi j’ai l'impression que quelque part en août septembre, ça a commencé en Nouvelle-Écosse l'idée selon laquelle les électeurs et les électrices allaient toujours se ranger derrière leur gouvernement parce qu’ils sont dans une bataille, et dans une bataille on ne veut pas changer d’armée, mais tout ça s’est terminé. Les gens ont commencé à dire non, maintenant on veut savoir ce que vous allez faire plus tard, ce que vous allez faire l’an prochain, dans cinq ans, et donc ce boni à l'urne là est comme disparu, estime Yvon Grenier.

Une croissance démographique

La région de l’Atlantique attire plus de gens depuis quelques années et la tendance s’est poursuivie en 2021.

Si on regarde les statistiques au cours des trois, quatre ou cinq dernières années en général, il y a plus de gens qui sont venus dans la région que de gens qui sont partis de la région. En Nouvelle-Écosse, on a maintenant un million d'habitants pour la première fois [...] Une région qui soudainement se met à gagner de la population, en général ça veut dire qu’il y a de bonnes choses qui se passent, souligne Yvon Grenier.

Bientôt des garderies à 10 $

Les ententes conclues par le gouvernement fédéral et les provinces en matière de réduction de frais de garde au pays sont « extraordinaires », ajoute Yvon Grenier.

Le gouvernement fédéral a négocié avec chaque province, avec les provinces conservatrices, et ça, ç’a été difficile, mais le premier ministre du Nouveau-Brunswick, M. Higgs s’est rangé, M. Kenny en Alberta s'est rangé, il reste seulement l'Ontario. Donc ça veut dire que soudainement, pour les jeunes familles, en particulier pour les jeunes femmes qui ont de jeunes enfants, ça peut faire une énorme différence, estime Yvon Grenier.

Le politologue ne croit pas que les gouvernements feront marche arrière un jour sur cette question. Donc pour des générations à venir, il y aura une garderie publique, subventionnée par le public, abordable d’un océan à l'autre, et je trouve que c’est quelque chose quand même extraordinaire, conclut Yvon Grenier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !