•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débordé, le CISSS de Chaudière-Appalaches envoie des patients à Québec

L'organisation n'exclut pas la possibilité de forcer des travailleurs à mettre fin à leurs vacances pour assurer certains services.

Des lits d'hôpitaux sont alignés dans un corridor.

La hausse du nombre de cas de COVID-19 a des répercussions sur le système hospitalier en Chaudière-Appalaches.

Photo : getty images/istockphoto / beerkoff

Ayant atteint plus rapidement que prévu sa pleine capacité hospitalière réservée à la COVID-19 alors qu'il est privé de plus de 300 travailleurs, le CISSS de Chaudière-Appalaches est forcé de transférer des patients à Québec à compter d'aujourd'hui.

La situation s'est envenimée rapidement dans les hôpitaux de Chaudière-Appalaches.

En une semaine, le nombre de personnes hospitalisées à cause de la COVID-19 est passé de 12 à 35. On a pratiquement triplé le nombre d'hospitalisations, se désole Marco Bélanger, directeur général adjoint en santé physique au CISSS de Chaudière-Appalaches.

Pas moins de 17 personnes sont hospitalisées à Saint-Georges, en Beauce, qui demeure ainsi l'épicentre de la pandémie sur la rive sud du fleuve à la hauteur de Québec. Neuf personnes reçoivent des soins à l'Hôtel-Dieu de Lévis, alors que les autres malades sont répartis à Thetford Mines et à Montmagny.

L'hôpital de Saint-Georges l'automne.

La moitié des patients hospitalisés à cause de la COVID-19 se trouvent à l'hôpital de Saint-Georges.

Photo : Radio-Canada

C'est donc dire que les 23 lits réservés au traitement des malades de la COVID-19 sont occupés en Chaudière-Appalaches. On est rendus très limités dans notre nombre d'hospitalisations, de sorte que là, nous utilisons nos collègues de la Capitale-Nationale. Parmi les 35 personnes hospitalisées, sept occupent des lits aux soins intensifs sur une capacité de dix.

Selon M. Bélanger, entre six et huit patients devaient être transférés mardi dans des hôpitaux de Québec, où la situation est encore sous contrôle.

Manque de personnel

En théorie, le CISSS de Chaudière-Appalaches aurait l'espace nécessaire pour passer à la prochaine phase de son plan de déploiement pour lutter contre la COVID-19. Or, selon Marco Bélanger, le manque de personnel empêche l'organisation d'aller plus loin.

C'est vraiment une question de main-d'œuvre, insiste-t-il. Ainsi, 327 employés du CISSS de Chaudière-Appalaches sont actuellement sur la touche en raison de la COVID-19. Ils ont ou bien contracté la maladie, ou bien été en contact avec une personne infectée, ou bien subi un test de dépistage dont le résultat n'est toujours pas connu.

Le virus circule beaucoup dans la communauté. Ça touche évidemment nos travailleurs de la santé, explique M. Bélanger. C'est sûr que c'est difficile sur le terrain. On essaie de faire de la réorganisation de travail.

L'Hôtel-Dieu de Lévis l'hiver.

La pleine capacité hospitalière est atteinte dans Chaudière-Appalaches. L'Hôtel-Dieu de Lévis compte actuellement neuf patients atteints de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Vacances interrompues?

Alors que le ministre de la Santé, Christian Dubé, a annoncé mardi son intention de permettre à des membres du personnel soignant de travailler à certaines conditions même s'ils sont atteints de la COVID-19, le CISSS de Chaudière-Appalaches envisage quant à lui, si nécessaire, de mettre fin aux vacances de certains employés.

Cette mesure est permise en vertu d'un arrêté ministériel relatif à la pandémie.

Ce sont des choses qu'on est en train de regarder. On n'aime pas parler de ça. On ne veut pas se rendre là, parce que les employés ont vraiment besoin de leurs vacances après 22 mois de pandémie. Mais pour maintenir certains services dans des secteurs où il y a des éclosions et où il y a plusieurs employés touchés, on n'exclut pas la possibilité, dans les prochains jours, d'en venir à utiliser cet arrêté-là, a affirmé Marco Bélanger.

Du délestage est aussi envisagé au retour de la période des Fêtes, soit le 5 janvier. On va assurément avoir besoin de renforts.

Plan rapproché de Laurier Ouellet

Laurier Ouellet (archives)

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Le Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches rapporte pour sa part qu'on a déjà eu recours à ce décret à certains endroits du réseau. C'est déjà en fonction dans certaines conditions [...] dans les cinq CHSLD de Thetford Mines, affirme son président, Laurier Ouellet.

M. Ouellet s'inquiète pour le moral des troupes si le recours à ce décret devient la norme au cours des prochaines semaines. Nos membres ne voient plus la lumière au bout du tunnel. Ce qu'on voit, c'est que la situation se dégrade d'heure en heure actuellement, soutient le représentant syndical.

Alors qu'on envisage de faire travailler du personnel infecté par la COVID-19, le syndicat craint des conditions encore plus pénibles. Si nos membres sont rendus obligés de travailler malades, c'est encore pire.

Avec les informations de Kassandra Nadeau-Lamarche et d'Audrey Paris

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !