•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vaccins peu efficaces contre les risques d’infection au variant Omicron, selon des experts

Le Dr Peter Jüni recommande fortement l'administration d'une dose supplémentaire de vaccin pour maintenir l'immunité contre la COVID-19.

Chargement de l’image

La prise de rendez-vous pour l'administration d'une troisième dose de vaccin contre la COVID-19 est désormais possible dans plusieurs régions du Canada (archives).

Photo : Getty Images

Avec l'arrivée du variant Omicron, les personnes qui ont reçu deux doses de vaccin seraient protégées à seulement 15 % contre les risques d'infection au virus. C'est ce que rapportent les nouvelles données colligées par le groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19.

Vers la fin de novembre, une personne adéquatement vaccinée était protégée à 90 % contre l’infection et l'hospitalisation en raison de la COVID-19.

Si la protection contre les formes graves de la maladie s'est maintenue en décembre, la protection contre l'infection a toutefois chuté d'environ 75 points de pourcentage.

L'arrivée du variant Omicron fait fondre la protection vaccinale contre l'infection comme neige au soleil, selon le Dr Peter Jüni, directeur scientifique du groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19.

Chargement de l’image

La protection contre l'infection apportée par deux doses de vaccin a radicalement chuté au cours du mois de décembre.

Photo : Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19

En réalité, il n’y a plus de distinction entre les personnes vaccinées et les personnes non vaccinées dans les données sur les nouvelles infections, a expliqué le Dr Jüni.

Les données de la table scientifique de la province suggèrent également que la protection vaccinale contre l'infection s’est graduellement érodée au cours du mois de décembre, alors que le variant Omicron gagnait de plus en plus de terrain.

Ce n’est pas nouveau. La protection vaccinale diminue depuis un moment déjà, a confirmé le Dr Jüni, qui est également professeur à l’Université de Toronto.

Mise au point

Cet article a fait l’objet d’une révision de l’ombudsman (Nouvelle fenêtre) de Radio-Canada à la suite de la plainte d’un lecteur.

Afin de tenir compte des conclusions de l’ombudsman, le titre de l’article - Omicron fait fondre la protection vaccinale "comme neige au soleil" - a été modifié. Nous avons ainsi voulu préciser qu’il s’agit de la protection contre l’infection qui a grandement été réduite et non la protection contre les formes graves de la maladie et les hospitalisations. La même précision a été apportée à quelques endroits dans le texte.

La version originale du texte affirmait par ailleurs que la protection vaccinale contre l’infection et l’hospitalisation était de 90% à la fin du mois de novembre, pour ensuite chuter de plus de 75% dans le mois qui a suivi. Le texte a été corrigé pour faire état du fait que l’on parle plutôt d’une chute de 75 points de pourcentage et pour clarifier que cela ne s’applique qu’à la protection contre l’infection.

Les experts étudient attentivement le taux d'hospitalisation

Contrairement au taux de nouvelles infections dans la province, les taux d’hospitalisation et d’admission aux soins intensifs restent plutôt stables, mais cela pourrait changer au cours des prochains jours.

La plupart des patients hospitalisés sont aux prises avec le variant Delta, a rappelé le Dr Jüni.

« En général, le taux d’hospitalisation grimpe une dizaine de jours après une montée en flèche de nouveaux cas. »

— Une citation de  Peter Jüni, chef du groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19

Le médecin s’attend à ce que le nombre de personnes hospitalisées en raison du variant Omicron augmente au cours des prochains jours, mais il reconnaît qu'il est difficile de prévoir de combien.

Chargement de l’image

Le Dr Peter Jüni était de passage à l’émission de nouvelles de l'après-midi de CBC lundi.

Photo : Radio-Canada

Le Dr Peter Jüni recommande fortement l'administration d'une dose supplémentaire de vaccin pour maintenir l'immunité contre la COVID-19. Il faut attendre deux semaines après avoir reçu une troisième dose pour obtenir l’immunité conférée par une dose de vaccin, précise-t-il.

L’expert admet comprendre pourquoi certaines personnes questionnent l'efficacité des vaccins dans le contexte de l'apparition d’un variant comme Omicron, mais il rappelle que l’objectif principal de la vaccination a toujours été d’éviter les pires scénarios.

Si tout continue comme prévu, le taux d’hospitalisation va demeurer relativement stable, malgré la flambée du nombre de nouveaux cas, a-t-il expliqué.

L’Ontario a enregistré 9418 nouvelles infections à la COVID-19 lundi, a indiqué la ministre de la Santé de la province, Christine Elliott, sur Twitter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !