•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des situations préoccupantes dans deux communautés autochtones de la Côte-Nord

Entrée d'un bâtiment avec un panneau rouge et l'inscription entrée vaccination

Comme c’était le cas lors des précédentes vagues de contamination, des guérites seront réintroduites aux entrées de la communauté de Uashat (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

La situation épidémiologique reliée à la COVID-19 se dégrade dans certaines communautés autochtones de la région, ce qui force les autorités à prendre des précautions supplémentaires.

Dans la communauté innue de Uashat et Maliotenam, près de Sept-Îles, le conseil de bande déclare avoir recensé, en date de dimanche, huit cas actifs parmi ses membres.

Selon les autorités locales, quatre autres cas ont aussi été déclarés chez des personnes en visite dans la communauté, pour un total de 12 contaminations.

Ce constat force le Conseil des Innus de Uashat mak Mani-utenam (ITUM) à restreindre l’accès à son territoire.

Comme c’était le cas lors des précédentes vagues de contamination, des guérites seront aménagées aux entrées de la communauté.

Un barrage et un tas de neige empêchent d'entrer dans une rue de la communauté innue de Uashat.

Des guérites avaient été érigées dès la première vague de la pandémie au sein de la communauté innue de Uashat (archives).

Photo : Radio-Canada

Seuls les résidents inscrits pourront y rentrer, avec un contrôle serré des allées et venues.

Selon le directeur de cabinet d’ITUM, cette mesure de prévention pourrait permettre de faciliter les enquêtes épidémiologiques.

On a le luxe de pouvoir prendre des précautions et de limiter les entrées dans la communauté. On a encore le contrôle, mais la situation reste précaire. Il faut faire attention, explique Jean-Claude Therrien-Pinette.

À l’approche du jour de l’An, le chef de la communauté, Mike Mckenzie, demande à ses membres d’éviter tout rassemblement afin de limiter la propagation du virus.

« C’est en faisant notre part qu’on pourra potentiellement sauver des vies. »

— Une citation de  Mike Mckenzie, chef de Uashat mak Mani-utenam
Il accorde une entrevue à son domicile durant la campagne électorale.

Le chef Mike Mckenzie souhaite limiter les déplacements non essentiels au sein de la communauté (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Le chef invite aussi ses membres présentant des symptômes liés à la COVID-19 à contacter le centre de santé de la communauté et à effectuer un test de dépistage.

Kawawachikamach sur un pied d'alerte

La communauté naskapie de Kawawachikamach, au nord de Schefferville, a vu ses cas de COVID-19 bondir dans les derniers jours. Le dernier bilan des autorités locales en date de dimanche fait état de 16 cas actifs.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord explique que des enquêtes épidémiologiques sont toujours en cours dans la communauté.

Cette situation en est une inédite pour Kawawachikamach, qui avait été relativement épargnée depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Le centre de santé de kawawachikamach

Selon les autorités locales, du personnel médical supplémentaire a été appelé en renfort au CLSC Naskapi de Kawawachikamach afin de poursuivre les tests de dépistage de la COVID-19 (archives).

Photo : Radio-Canada / LAURENCE ROYER

Le directeur de la Sécurité publique de Kawawachikamach, William Moffat, estime que la situation est préoccupante.

Les quelque 800 membres de la communauté sont par ailleurs en isolement dans leurs bulles familiales respectives.

Un service de livraison des denrées et de médicaments a été mis en place afin de limiter les déplacements et les contacts.

« Toute la communauté est mobilisée afin de limiter la propagation du virus. Le respect des consignes sanitaires va être déterminant dans les prochains jours sur le bilan des cas », explique M. Moffat.

Malgré un resserrement des mesures, ce dernier s'attend à une augmentation des cas dans les prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !