•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un kamikaze attaque un restaurant en RDC et tue six personnes, dont des enfants

Des soldats armés sur un véhicule.

La situation sécuritaire est particulièrement fragile en RDC.

Photo : AFP / ALEXIS HUGUET

Associated Press

Un kamikaze a attaqué un restaurant samedi alors que des clients se rassemblaient le jour de Noël, tuant au moins six personnes dans une ville de l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où des extrémistes islamiques sont connus pour être actifs.

Des tirs nourris ont retenti peu après l'explosion de la bombe; des foules paniquées ont fui le centre-ville.

L'attaque de samedi marque la première fois connue qu'un kamikaze fait des victimes dans l'est de la RDC, où un groupe affilié à l'État islamique a assumé plus tôt cette année la responsabilité d'un attentat suicide près d'un autre bar de Beni.

Le maire Narcisse Muteba, qui est également colonel de police, a déclaré qu'au moins deux des victimes étaient des enfants. Les survivants blessés ont été transportés à l'hôpital local, a-t-il fait savoir.

Au moins 13 autres personnes ont été blessées et emmenées dans un hôpital local.

Des enquêtes sont en cours pour trouver les auteurs de cette attaque terroriste, a indiqué M. Muteba à l'Associated Press.

Il a exhorté les gens à rentrer chez eux et à y rester pendant que les autorités enquêtent sur ce qui s'était passé.

Le général Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur du Nord-Kivu, a déclaré que des gardes de sécurité avaient empêché le kamikaze d'entrer dans le bar bondé et que la personne a plutôt déclenché les explosifs à l'entrée.

Nous appelons les gens à rester vigilants et à éviter les zones surpeuplées pendant la saison des vacances, a-t-il déclaré dans un communiqué. Dans la ville et le territoire de Beni, il est difficile en ces temps de savoir qui est qui.

Rachel Magali était au restaurant-bar depuis environ trois heures avec sa belle-sœur et plusieurs autres lorsqu'elle a entendu un grand bruit à l'extérieur.

Soudain, nous avons vu de la fumée noire entourer le bar et les gens ont commencé à pleurer, a-t-elle déclaré à l'Associated Press. Nous nous sommes précipités vers la sortie, où j'ai vu des gens allongés. Il y avait des chaises en plastique vertes éparpillées partout et j'ai aussi vu des têtes et des bras qui n'étaient plus attachés. C'était vraiment horrible.

La ville a longtemps été la cible des rebelles des Forces démocratiques alliées, ou ADF, qui tirent leurs origines de l'Ouganda voisin. Mais un groupe affilié du groupe armé État islamique a revendiqué la responsabilité de deux explosions à Beni en juin, renforçant les craintes que l'extrémisme religieux ne s'y soit également installé.

En juin dernier, l'est de la République démocratique du Congo a connu son premier attentat suicide lorsqu'un Ougandais s'est fait exploser devant un bar. Le groupe La province de l'État islamique en Afrique centrale a déclaré plus tard que le kamikaze visait des chrétiens. Une autre explosion ce jour-là s'est produite devant l'église catholique Emmanuel-Butsili à Beni, blessant deux personnes.

Les habitants de la ville ont exprimé à plusieurs reprises leur colère face à l'insécurité persistante malgré une offensive de l'armée et la présence de Casques bleus de l'ONU à Beni.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !