•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Omicron : plus de 2000 vols annulés dans le monde; le Canada épargné

Chargement de l’image

Le variant Omicron a désorganisé les plans de vol de certaines compagnies aériennes dans le monde.

Photo : AP / Steven Senne

Agence France-Presse

Les compagnies aériennes ont dû annuler plus de 2000 vols dans le monde, notamment face au variant Omicron de la COVID-19 qui vient perturber les voyages pendant les fêtes. Le Canada est toutefois largement épargné.

Selon le site Flightaware, on comptait, vers 14 h, heure normale de l'Est, au moins 2272 annulations de vols vendredi, dont 585 sont des trajets liés aux États-Unis, qu'il s'agisse de liaisons internationales ou internes.

Jeudi, 2231 vols avaient été annulés, selon la même source.

De nombreuses compagnies interrogées par l'AFP ont évoqué la nouvelle vague de la pandémie, qui frappe notamment les équipages, comme une des principales causes associées à ces annulations.

D'après Flightaware, United Airlines a ainsi dû annuler plus de 180 vols vendredi, soit 8 % de ceux qui étaient programmés.

Le pic de cas d'Omicron à travers le pays cette semaine a eu un impact direct sur nos équipages et les personnes qui gèrent nos opérations, a expliqué la compagnie, qui a dit s'efforcer de trouver des solutions pour faire partir les passagers touchés.

Delta Air Lines a également annulé 163 vols, selon Flightaware, en raison d'Omicron et, ponctuellement, des conditions météo défavorables.

Les équipes Delta ont épuisé toutes les options et les ressources avant d'en venir à ces annulations, souligne la compagnie aérienne.

Plus de dix vols d'Alaska Airlines, dont des employés ont indiqué avoir été potentiellement exposés au virus et ont dû se mettre en quarantaine, ont aussi été annulés.

Ces annulations viennent perturber la volonté de renouer cette année avec les déplacements pour les fêtes, après un Noël 2020 frappé de plein fouet par la pandémie.

Selon les estimations de l'American Automobile Association, plus de 109 millions d'Américains devaient quitter leur région immédiate par avion, train ou en voiture entre le 23 décembre et le 2 janvier, soit une hausse de 34 % par rapport à l'an dernier.

À titre d'exemple, la compagnie aérienne American Airlines avait prévu 5300 vols jeudi, autant que les deux jours précédents.

Cela représente 86 % de notre programme de vols pour la même période de 2019, lors des dernières fêtes de fin d'année avant que la COVID-19 ne vienne longuement faire obstacle à l'essentiel des déplacements, a dit la compagnie.

Mais la plupart de ces voyages avaient été planifiés avant l'irruption du variant Omicron qui, très contagieux, se propage à toute vitesse et oblige de nombreuses personnes à s'isoler même en l'absence de symptômes.

Le Canada épargné

Malgré la flambée de nouvelles contaminations par la COVID-19 dans le pays, les compagnies aériennes canadiennes ont maintenu leurs vols.

Nous n'avons annulé aucun vol directement à cause de la COVID en ce moment, et Flair exige que tous les employés soient complètement vaccinés pour maximiser leur protection, a déclaré dans un communiqué Matthew Kunz, vice-président de la transformation commerciale et des opérations de Flair Airlines.

Ces perturbations n'ont fort heureusement pas eu de conséquences pour la tournée du père Noël, que suit scrupuleusement, depuis 63 ans, le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD).

Et cela, grâce notamment à un capteur installé dans le nez de Rudolph, l'un des rennes qui tirent le traîneau.

Cela se passe très bien pour l'instant, le père Noël a distribué deux milliards de cadeaux et il se trouve actuellement au-dessus du Pakistan, a confié à l'AFP le major-général Eric Kenny, qui commande le NORAD pour la région du Canada, en début d'après-midi, heure normale de l'Est.

Le président des États-Unis lui-même a tenu à s'assurer que la distribution se passait sans encombre.

Depuis la Maison-Blanche et devant les caméras, Joe Biden s'est informé du parcours du père Noël auprès du NORAD, avant de parler, au téléphone, à des enfants et à des familles également curieux de la tournée du traîneau.

Mais le président démocrate a été rattrapé par les antagonismes politiques très forts aux États-Unis, quand un père de famille, à qui il venait de souhaiter de bonnes fêtes, lui a lancé, selon les journalistes présents : Joyeux Noël, et let's go Brandon!

Cette expression a pris une connotation péjorative dans la bouche des opposants au président Biden.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !