•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le variant Omicron pourrait plomber les soldes du lendemain de Noël

Un homme masqué passe devant un magasin dans le centre-ville de Montréal.

Le porte-parole du Conseil du commerce de détail, Karl Littler, affirme que la confiance des consommateurs pourrait être ébranlée.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La Presse canadienne

Le variant Omicron menace de ralentir les ventes au détail le lendemain de Noël, alors que les inquiétudes liées à la COVID-19 augmentent au rythme du nombre de cas et des restrictions sanitaires.

Des experts sont d'avis que le Black Friday, ou Vendredi fou, avait déjà dépassé le 26 décembre en tant que jour le plus populaire pour les offres de consommation juteuses, mais la tendance semble maintenant susceptible de s'accélérer davantage.

Le Conseil canadien du commerce de détail, dont l'enquête annuelle sur le magasinage des Fêtes en août a révélé que le 26 novembre pourrait être le plus grand événement de magasinage de l'année, affirme maintenant qu'il éclipsera davantage les soldes de l'Après-Noël alors que les craintes d'Omicron continuent d'augmenter depuis décembre.

Le porte-parole du Conseil canadien du commerce de détail, Karl Littler, a déclaré que les restrictions de capacité dans au moins six provinces, dont l'Ontario et le Québec, auront un impact minimal sur les points de vente habitués à s'adapter aux mesures, mais que la confiance des consommateurs pourrait être ébranlée.

Aucune limite de capacité n'était en place pour le Vendredi fou, et les deux événements sont associés à de longues files d'attente et à des magasins bondés, ce qui peut dissuader les clients.

Nous avons vraiment vu que les consommateurs étaient beaucoup plus optimistes cette année qu'ils ne l'étaient l'année dernière. Et ils souhaitaient vraiment revenir à un comportement plus traditionnel, plus normal, a déclaré une autre porte-parole du Conseil canadien du commerce de détail, Michelle Wasylyshen, lors d'un entretien téléphonique.

Mais tout cela est en quelque sorte dans le caniveau, pour le moment.

Des personnes se promènent dans un centre commercial.

Des consommateurs arpentaient le Centre commercial Rideau à Ottawa lors du Vendredi fou 2021.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Les clients n'ont pas les mêmes objectifs lors du Vendredi fou que pour le lendemain de Noël. Les jouets et les vêtements sont en tête de liste à l'occasion du Vendredi fou, tandis que l'achat des appareils électroniques, électroménagers et meubles relève plus du 26 décembre.

Mais ces articles coûteux sont également parmi les plus touchés par les problèmes liés aux chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui les rend plus difficiles à obtenir actuellement.

Les détaillants ne savent pas quand le produit va arriver, a déclaré Michelle Wasylyshen. Le Vendredi fou et le Cyberlundi ont vraiment volé une partie des achats du "Boxing Day".

Lendemain de Noël : crucial pour la vente au détail

Le directeur de la vente au détail de Best Buy Canada, Philip Thampy, affirme que le lendemain de Noël reste la clé, et le Conseil canadien de la vente au détail indique que, même si les meilleures offres sont souvent trouvées en magasin, les achats en ligne offriront une alternative savoureuse à ceux qui cherchent à magasiner dans le confort de leur canapé.

Bien que le Vendredi fou ait pris de l'essor au cours des dernières années, les soldes du lendemain de Noël sont toujours l'un des plus grands événements de magasinage de l'année.

Le lendemain de Noël est toujours une journée et une semaine d'activités très importantes pour nous, a déclaré Philip Thampy. Beaucoup de consommateurs considèrent le lendemain de Noël comme une occasion de magasinage pour l'électronique.

De nombreuses personnes reçoivent des cartes-cadeaux ou de l'argent pour Noël et recherchent les ventes du lendemain de Noël pour dépenser ces montants, a-t-il déclaré.

Best Buy s'est assuré à l'avance qu'il y a un inventaire adéquat pour répondre à la demande du lendemain de Noël, a ajouté Philip Thampy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !