•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Occidentaux appellent la Libye à fixer une date définitive des élections

Trois hommes et deux femmes assis autour d'une table.

Le président français Emmanuel Macron avec le premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibah (à droite) et le président du conseil présidentiel Mohamed al-Manfi (à gauche) à Paris lors de la conférence internationale sur la Libye en novembre 2021

Photo : Reuters / POOL

Reuters

La France, l'Italie, l'Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis ont pris acte vendredi du report de l'élection présidentielle en Libye, en appelant les autorités libyennes concernées à fixer sans tarder une date définitive pour le vote et à publier sans délai la liste finale des candidats.

Le report de l'élection, initialement prévue vendredi, fragilise un processus soutenu par la communauté internationale pour sortir le pays de l'impasse politique et fait courir le risque d'une reprise des hostilités entre le gouvernement de Tripoli et les partisans du maréchal Khalifa Haftar, basé à Benghazi.

Dans un communiqué conjoint, les porte-parole des ministères des Affaires étrangères des cinq puissances estiment que des élections libres, régulières et crédibles permettront au peuple libyen de se doter d'un gouvernement représentatif et unifié et de renforcer l'indépendance, la souveraineté, l'intégrité territoriale et l’unité nationale de la Libye.

Il est important de préserver la dynamique en faveur de la réalisation de ces objectifs, ajoutent-ils.

Le Parlement n'a pas fixé de nouvelle date pour le scrutin, mais la commission électorale a suggéré dans un communiqué qu'il se tienne le 24 janvier, si les conditions sont réunies.

Le report de l'élection présidentielle, mais aussi des législatives qui devaient se tenir en même temps, était devenu inévitable compte tenu de l'incapacité des protagonistes à s'entendre sur les règles mêmes de la consultation.

Il n'en a pas moins frustré de nombreux Libyens, qui ont été 2,8 millions à s'inscrire sur les listes électorales, par rapport à une population totale estimée à 6,8 millions, signe de leur volonté de sortir le pays du chaos dans lequel il est plongé depuis une décennie.

On attendait ce jour avec impatience, a déploré Wahbi Tarkhan, 81 ans, qui espérait déposer son bulletin dans l'urne à Benghazi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !