•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cinq nouvelles les plus lues en 2021 en Alberta

Montage des cinq photos des articles les plus lus de l'année.

Les cinq articles les plus lus de l'année portent sur des sujets très variés.

Photo : ISTOCK - RADIO-CANADA / NATHAN GROSS - SHELLY CLAUSON - SOPHIE NORRIS - RADIO-CANADA / AXEL TARDIEU

Radio-Canada

En 2021, les nouvelles ont été hautes en couleur en Alberta, mais certaines vous auront plus interpellés que d’autres. Entre science, technologie et environnement, à lire ou à relire, découvrez les cinq articles de Radio-Canada les plus consultés.

Des scientifiques réalisent une téléportation quantique sur 44 kilomètres

Des codes chiffrés en trois dimensions.

La maîtrise de la téléportation quantique est un « pas important » vers l'Internet quantique, selon le Dr Christoph Simon.

Photo : iStock

Grâce à une avancée spectaculaire en information quantique réalisée par une équipe de recherche internationale qui comprenait des professeurs de l’Université de Calgary, des particules de lumière ont été téléportées sur 44 km.

Cette distance bat le record de 8,2 km établi en 2016 par des chercheurs de Calgary et permet ainsi à l’équipe d’affirmer que le système est fiable à 90%.

L’information quantique est un monde qui ne répond pas aux mêmes règles que le nôtre, mais son avancée permettrait par exemple une évolution importante dans le domaine de la sécurité et du stockage des données.

Lire l'article...


Surveillance par géolocalisation mobile : une employée refuse et est congédiée

Michelle Dionne tient un téléphone portable sur lequel est ouverte l'application Blip.

Michelle Dionne a refusé de télécharger l'application de géolocalisation Blip, malgré la demande de son employeur.

Photo : Radio-Canada / Nathan Gross

Michelle Dionne travaillait pour l’entreprise de nettoyage albertaine H.Y. Cleaning Services depuis six semaines lorsqu’elle a été congédiée. Selon l’employée, elle aurait perdu son travail après avoir refusé de télécharger une application qui aurait permis à ses employeurs de la géolocaliser.

L’entreprise, quant à elle, a affirmé avoir demandé à tous ses employés d’utiliser l’application Blip seulement afin de vérifier leur situation géographique et de s’assurer qu'ils travaillaient.

D'après H.Y. Cleaning Services, le refus de télécharger l’application n’était pas la seule cause du renvoi de Michelle Dionne.

Lire l'article...


En Alberta, des infrastructures se déforment sous l’effet de la chaleur

Un trottoir qui s'est soulevé et fendu en deux.

Selon la Ville d'Edmonton, au moins 57 trottoirs endommagés ont été signalés au cours de la semaine.

Photo : Radio-Canada

Des trottoirs qui se soulèvent, des bancs qui s'affaissent : de nombreuses infrastructures ont été abîmées par la vague de chaleur qui s’est abattue sur l’Alberta. En effet, le béton se transforme sous l'effet de températures extrêmes, de même que le bois et le plastique.

Devant ces dégâts, la Ville d’Edmonton a assuré s'être mise à la tâche en s'attaquant en priorité aux déformations qui représentent un danger pour la population.

Lire l'article...


Un lac des Prairies serait à l’origine d’un refroidissement planétaire

Sophie Norris regarde ses notes sur une colline de terre et de roches.

La chercheuse Sophie Norris a passé trois ans à étudier le sol de la région de Fort McMurray pour ses recherches sur le lac glacial Agassiz.

Photo : Sophie Norris

Il y a environ 12 000 ans, le lac glaciaire Agassiz était l’un des plus grands d’Amérique du Nord. Il s’étendait alors du nord de la Saskatchewan à la région qui abrite aujourd’hui les Grands Lacs.

La docteure en géologie de l’Université de l’Alberta Sophie Norris s’est intéressée à cette gigantesque étendue d’eau. Selon elle, le lac se serait déversé dans l’océan Arctique après la fonte d’un barrage glacier dans le nord de l’Alberta et de la Saskatchewan. Au même moment, un refroidissement climatique soudain se serait produit à l'échelle planétaire et, d’après la chercheuse, ce ne serait pas une simple coïncidence.

Lire l'article...


Plus votre maison est récente, plus son taux de radon risque d’être élevé

Une maison dans une rue de Calgary.

Invisible et inodore, le radon est un gaz qui provient du sous-sol et qui s'accumule dans les espaces clos.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Les taux de radon seraient 467 % plus élevés dans les nouvelles maisons canadiennes que dans les nouveaux logis scandinaves, d’après une étude de l'Université de Calgary. Si la Suède a été choisie pour établir cette comparaison, c’est en raison de ses nombreuses ressemblances avec le Canada. Cependant, si les chiffres ont évolué de façon positive de l’autre côté de l’Atlantique, la moyenne canadienne pourrait augmenter de 25% si rien n’est fait d’ici 2050.

Devant ce constat alarmant, l'incompréhension domine chez les spécialistes et le secteur immobilier s’interroge sur ses techniques de construction.

Lire l'article...

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !