•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation citoyenne dans Limoilou contre la hausse des émissions de nickel

Chargement de l’image

Ève Duhaime est membre du Conseil de quartier de Maizerets et de la Table citoyenne littoral est.

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

Alors que le gouvernement publie son projet de règlement pour modifier à la hausse la norme de particules de nickel dans l’air ambiant, une centaine de citoyens de Limoilou se mobilisent pour montrer leur désaccord.

Publié dans la Gazette officielle du Québec, le projet de règlement cherche à augmenter à un plafond de 70 nanogrammes par mètre cube (ng/m3) la norme quotidienne d'émissions de particules de nickel. Cette norme est présentement de 14 ng/m3.

Nous, on vient dire que la soupe est pleine. Ça fait une décennie qu’on se mobilise pour une meilleure qualité de l’air dans le grand Limoilou. Ce qu’on voulait, c’est une diminution de la norme, pas une hausse, s’exclame Raymond Poirier, co-porte-parole de la mobilisation, organisée par la Table citoyenne littoral est.

Chargement de l’image

Une centaine de personnes se sont déplacées pour la manifestation, mercredi.

Photo : Radio-Canada

Il croit que l’objectif du gouvernement est uniquement centré sur les intérêts économiques. Ça a été dit lors des débats sur le projet Laurentia, il n’y a plus de places pour de nouveaux contaminants dans l’air ici, poursuit-il. Mais, la menace pour nous, c’est qu’avec cette hausse de la norme pour le nickel, ça ouvre la voie à des projets dans le port de Québec et par ses locataires.

60 jours pour agir

Ce projet de règlement vise à réduire les incertitudes économiques associées à l’application de la norme actuelle tout en maintenant la protection de la santé publique et de l’environnement, est-il écrit dans la Gazette officielle du 22 décembre, en lien avec le règlement sur le nickel.

La population a 60 jours pour participer à des consultations sur le sujet (Nouvelle fenêtre), en envoyant ses commentaires par écrit au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Ce type de consultations dure normalement 45 jours. L'attachée de presse du ministre Benoit Charette indique par courriel que l'ajout des 15 jours sert à pallier le fait que l'annonce a eu lieu durant le temps des Fêtes.

C'est une bonne nouvelle, mentionne l’autre porte-parole de la mobilisation, Marie-Hélène Deshaies, qui croyait que les citoyens n'auraient que 45 jours pour réagir. Nous pensons tout de même qu'au final, ce projet de règlement est inacceptable.

Des élus s’opposent

La Table citoyenne littoral est a reçu l’appui d’au moins deux élus lors de la manifestation.

Le chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville, Claude Villeneuve, était présent en tant que chef, mais aussi conseiller du district Maizerets-Lairet.

On doit le dire à nos dirigeants que la question n’est pas de savoir combien de contaminants de plus on peut faire fiter. Il faut en enlever, c’est ça qu’il faut faire, a-t-il lancé devant les citoyens.

La cheffe de Transition Québec et conseillère de Limoilou, Jackie Smith, a elle aussi pris la parole. C’est un projet pour satisfaire l’industrie minière, il faut montrer notre désaccord, a-t-elle exprimé.

Les deux élus municipaux se sont engagés à travailler ensemble pour faire entendre la voix des citoyens.

Chargement de l’image

Marie-Hélène Deshaies lors de la manifestation de mercredi.

Photo : Radio-Canada

Mercredi après-midi, l'équipe du maire de Québec a confirmé être en train de regrouper le plus d'informations possible avant de prendre position.

En soirée, lors du conseil municipal, en répondant à une question de l'opposition, le maire Bruno Marchand a admis être préoccupé par la situation. Il a ensuite souligné qu'il veut connaître les vraies raisons derrière l'approbation de la santé publique qui permet une telle hausse des particules de nickel dans l'air.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !