•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Succès fou pour les jeux de société

Des centaines de jeux sur des tablettes d'un magasin.

Des milliers de jeux sont en vente à la boutique Le Griffon de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Arianne Béland

Si plusieurs ont profité du confinement pour (re)découvrir le plaisir de jouer à des jeux de société, cette industrie est toutefois en croissance importante depuis 15 ans déjà.

Le fondateur de l'entreprise de jeux de société Scorpion masqué, Christian Lemay, croit qu'Internet a joué un grand rôle dans la découverte de nouveaux jeux. Internet nous permet, comme éditeur de jeux de société, de faire de la publicité à peu près gratuitement, ce qu'on ne pouvait pas faire avant. Les gens qui sont passionnés de jeux de société se rejoignent, se parlent; il y a des communautés qui se créent. Ça a fait carrément exploser la connaissance et ça fait que le jeu se répand. Aussi, je dirais, c'est plus un phénomène social, mais le geek est beaucoup plus cool qu'il y a 20 ans, rigole-t-il.

Christian Lemay devant un rayon de jeux de société dans un magasin

Le fondateur de l'entreprise de jeux de société Scorpion masqué, Christian Lemay

Photo : Radio-Canada

« Le jeu de société est rendu cool. Les ventes ont quintuplé depuis les cinq dernières années. C'est extraordinaire le regard que les gens portent sur les jeux de société et la créativité qu'il y a dans les jeux de société! »

— Une citation de  Christian Lemay, fondateur de Scorpion masqué

Christian Lemaire, le propriétaire de la boutique spécialisée dans la vente de jeux Le Griffon, abonde dans le même sens. On prévoit cette croissance-là au moins jusqu'en 2025. Il y a beaucoup de nouveaux joueurs. Ils entrent dans le hobby, ils découvrent de nouveaux jeux, ils veulent en avoir de nouveaux. Donc à court et à moyen terme, c'est sûr qu'on voit seulement une croissance.

Le confinement a certes joué un rôle dans l'augmentation des ventes ces deux dernières années, croit M. Lemaire. On a vu vraiment un changement dans les habitudes de consommation des jeux de société. On a moins vendu de jeux de party, mais plus de jeux pour deux personnes ou des jeux familiaux.

Seulement au Griffon, plus de 2000 jeux différents sont disponibles à la vente. C'est sans compter les extensions de certains jeux, dit Christian Lemaire. Au total, l'inventaire compte plus de 3000 titres.

Le Québec s'illustre à l'international

Les compagnies québécoises ont su tirer leur épingle du jeu à travers cette explosion de l'offre. Si des marchés à l'international étaient autrefois inaccessibles, la réalité est aujourd'hui différente. Étant donné qu'il y a une grande croissance dans le jeu de plateau, il y a beaucoup de gens qui ont des idées pour créer un jeu et il y a de super maisons d'édition maintenant au Québec, soutient le propriétaire du Griffon.

Les jeux Zombie Teenz et Zombie Kids sur une tablette de magasin.

Zombie Teenz et Zombie Kids sont deux jeux à succès édités par l'entreprise québécoise Scorpion masqué.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Christian Lemay est au nombre de ces éditeurs. L'homme d'affaires a fondé Scorpion masqué il y a une quinzaine d'années alors qu'il enseignait la littérature au Cégep de Sherbrooke. On a dépassé la quarantaine de jeux publiés et ce, dans plus de 25 langues différentes. On a des jeux dans près d'une cinquantaine de pays, dit-il fièrement.

« Quand j'ai parti l'entreprise, je savais que le jeu de société était en croissance, mais je ne doutais pas à quel point ça allait exploser. Je suppose que j'ai été chanceux.  »

— Une citation de  Christian Lemay, fondateur de Scorpion masqué

À titre d'exemple, les jeux Zombie Kidz et Zombie Teenz ont été vendus respectivement à plus de 300 000 et 150 000 copies partout dans le monde.

L'hiver dernier, Hachette Livre a acheté Scorpion Masqué. Christian Lemay est toutefois toujours à l'emploi de l'entreprise à titre d'éditeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !