•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camionneurs demandent des améliorations à la sécurité sur la Transcanadienne

Scène d'un accident de la circulation sur la route 17 à l'est de Sudbury.

Les accidents sont fréquents sur les routes 11 et 17, les deux principales artères du Nord de l'Ontario.

Photo : Police provinciale de l’Ontario

Un groupe de camionneurs a lancé une pétition en ligne pour demander au gouvernement de l’Ontario de porter plus d’attention à la sécurité sur les routes 11 et 17 dans le Nord de l’Ontario.

Ces deux routes, qui font partie du réseau transcanadien, sont le théâtre de nombreuses fermetures et collisions chaque hiver.

En date du 22 décembre à 13 h, plus de 5800 personnes avaient signé la pétition.

Les camionneurs derrière la pétition ont aussi créé une page Facebook pour mettre en lumière leurs inquiétudes quant à la conduite sur ces deux routes essentielles pour relier l’Ouest et l’Est du Canada.

Pour Patrick Leblanc, chauffeur de camion depuis 25 ans et administrateur de la page Facebook La route 11/17 tue des gens, la sécurité passe avant tout par une meilleure formation des nouveaux chauffeurs.

Patrick Leblanc assis dans un véhicule.

Patrick Leblanc croit que la formation des nouveaux camionneurs laisse souvent à désirer.

Photo : Avec la permission de Patrick Leblanc

M. Leblanc fait notamment remarquer que les entreprises canadiennes font de plus en plus appel à des immigrants pour conduire des camions, qui n’ont souvent pas eu une formation adéquate.

C’est aussi une inquiétude pour Scott Blackmore, chauffeur pour Fountain Tire à Wawa, au nord de Sault-Sainte-Marie.

Une autre de mes inquiétudes est le manque d’efforts des équipes de déneigement, ajoute-t-il.

Patrick Leblanc affirme que les routes 11 et 17 ne répondent pas aux besoins actuels en matière de transports, qui ont évolué depuis une cinquantaine d’années.

Dans les années 1970, les camionneurs n’étaient pas si pressés, ils prenaient le temps de se parler ensemble au CB, affirme-t-il.

« Mais il y a de plus en plus de trafic qui passe sur la 11/17, beaucoup de véhicules lourds parce que maintenant le monde achète par Internet et tout est transporté par camion. Ces routes-là ne sont plus bonnes pour les années 2020. C’est passé date. »

— Une citation de  Patrick Leblanc, chauffeur de camion

Patrick Leblanc plaide pour l’élargissement des deux routes. En ce moment, la majeure partie ne compte que deux voies.

Nous voulons que le gouvernement soit sensibilisé à nos conditions de conduite et de travail, affirme Richard Deschamps, un chauffeur de camion qui sillonne lui aussi le pays depuis 25 ans.

Certains de nos amis meurent, déplore-t-il.

Il raconte qu’un ancien collègue est mort sur la route 102, un raccourci près de Thunder Bay utilisé par les camionneurs qui traversent la région.

Il a l’impression qu’il y a des accidents mortels quotidiennement en hiver sur les routes entre le Manitoba et le Québec.

Selon M. Deschamps, un meilleur entretien des routes et une meilleure formation pour les nouveaux chauffeurs pourraient réduire considérablement le nombre de collisions.

Un projet de loi du député néo-démocrate Guy Bourgouin, pour que les routes 11 et 17 soient soumises aux mêmes normes de déneigement que les autoroutes de la série 400, dans le Sud de l’Ontario, a été adopté en première lecture plus tôt en décembre.

Cette nouvelle classification obligerait les déneigeurs à dégager toute la largeur de la chaussée au maximum 8 heures après la fin d’une chute de neige.

Le député rappelle que les résidents du Nord de l’Ontario sont davantage dépendants de leur voiture et de l'état des routes que les résidents des grandes villes de la région de Toronto.

« On n’a pas les trains de banlieue ou le métro, tout ce que le Sud a [en matière de transport en commun]. »

— Une citation de  Guy Bourgouin, député néo-démocrate de Mushkegowuk—Baie James

Il souligne que les pertes économiques sont importantes pour la province et le pays lorsque les routes sont fermées pendant des heures, voire des jours.

Dans un courriel, Dakota Brasier, porte-parole du ministère des Transports, indique que la province dépasse déjà les normes existantes pour le déneigement des routes 11 et 17.

Avec les informations de CBC, et Bienvenu Senga

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !