•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fredericton modifie son plan de fusions municipales

Des voitures circulent sur une route surplombée par un drapeau de l'Acadie sur un haut mât.

Le gouvernement a décidé de fusionner Saint-Louis-de-Kent avec Richibucto, ce qui n'était pas le cas dans la première version de la réforme de la gouvernance locale. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada

Fredericton a annoncé plus d'une cinquantaine de modifications à sa réforme de la gouvernance locale, en modifiant les fusions qui auront lieu dans les différentes régions du Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a accepté de modifier son plan de fusions municipales, pour tenir compte des commentaires de la population et des différentes communautés. Il était possible de se prononcer sur le Livre blanc sur la réforme de la gouvernance locale jusqu’au 16 décembre dernier.

Fredericton a publié les changements qui ont été apportés dans les différents projets de fusion prévus dans la province. Nous savions aussi que notre plan n’est pas parfait, et c’est pourquoi nous avons décidé d’y apporter des modifications, après avoir consulté la population, a déclaré Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale.

Daniel Allain devant un drapeau du Nouveau-Brunswick.

Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, a annoncé plusieurs changements à sa réforme.

Photo : Radio-Canada

Sur les 62 fusions municipales prévues, 52 ont été modifiées, et sur les 12 nouveaux districts ruraux, 9 ont été modifiés. Il y aura aussi la création d’une toute nouvelle entité, avec la fusion de districts de services locaux (DSL), dans la région de Brunswick et Havelock.

Quelques changements notables

Nord-Ouest

Le village de Rivière-Verte sera fusionné avec Edmundston et les DSL de Saint-Jacques (65 %) et Saint-Joseph (13%), plutôt qu’avec Saint-Léonard.

Restigouche

Le DSL de Dalhousie Junction sera fusionné avec Dalhousie, Charlo, Point La Nim, les DSL de Dalhousie (85 %) et de Chaleur (40 %) plutôt qu’avec Campbellton.

Chaleur

Le DSL de North Tetagouche sera fusionné avec la ville de Bathurst, et les DSL de Big River (40 %) et de Bathurst (68 %), au lieu de faire partie du nouveau district rural qui est prévu dans Chaleur.

Le DSL New Bandon sera intégré à 99 % dans le district rural prévu dans Chaleur, avec les DSL d’Allardville, Bathurst (32 %), Beresford (seules les terres de la couronne demeurent), Big River (60 %), New Bandon-Salmon Beach. 

Péninsule Acadienne

1 % du DSL de New Bandon sera fusionné aux villages de Bertrand, Grande-Anse, Maisonnette, Saint-Léolin, et les DSL de Poirier, Dugas, et Anse-Bleue.

Le pont de Landry Office.

Les DSL de Landry Office et Pokemouche seront fusionnés avec Caraquet, plutôt qu'avec le DSL de l'Île Miscou.

Photo : Radio-Canada

Les DSL de Pokemouche et de Landry Office seront fusionnés avec Caraquet, Bas-Caraquet, et les DSL de Pokesudie, Saint-Simon, Blanchard Settlement, Évangéline, Maltempec (15%) et Paroisse de Caraquet (80%), plutôt qu’avec le district rural prévu dans la Péninsule Acadienne.

Le DSL de Notre-Dame-des-Érables sera fusionné avec Saint-Isidore, Paquetville et les DSL de Paquetville, Saint-Isidore et Saint-Sauveur, plutôt qu’avec le district rural.

Kent

Le DSL de Baie Sainte-Anne sera intégré au district rural prévu dans Kent, plutôt qu’avec celui qui est prévu dans la région du Grand Miramichi.

Richibucto et le DSL Saint-Charles seront fusionnés avec Saint-Louis-de-Kent, les DSL de Saint-Louis-de-Kent (95 %), Saint-Ignace et Aldouane.

Une partie du DSL de Moncton (5 %), sera fusionnée avec Cocagne et les DSL de Dundas (95 %), Grand Digue, et Shediac Bridge-Shediac River.

Les premières réactions

L’Association des DSL du Nouveau-Brunswick maintient son point de vue sur la réforme, malgré les changements apportés. Le maire de tous les DSL c’est le ministre, donc le ministre a double rôle, et il est un peu en conflit d’intérêts, puis il s’entoure de gens qui ont toujours défendu les intérêts des municipalités, donc on se demande comment qu’on va sortir notre dé à travers ça, actuellement, se demande Jules Bossé, président de l'Association des DSL du Nouveau-Brunswick.

Un homme en complet assis devant son ordinateur.

Jules Bossé, président de l'Association des Districts des Services Locaux du Nouveau-Brunswick, estime toujours que la voix des DSL n'a pas été entendue.

Photo : Radio-Canada

Selon lui, la réforme ne tient pas assez compte des réalités rurales. Cette réforme-là a manqué le bateau pour faire deux types de gestion qui auraient avancé le Nouveau-Brunswick : un style de gestion urbaine, qu’on a de besoin, et un style de gestion rurale, qu’on a pas.

La mairesse de Saint-Louis-de-Kent, Danielle Dugas, accueille favorablement, quant à elle, les changements annoncés par le gouvernement. L’ancien scénario faisait qu’on restait deux petites municipalités parmi tout le reste des grosses municipalités, ça fait que pour nous autres, c’était juste naturel de demander de se joindre ensemble. On est quand même une communauté d’intérêt, les gens vont à Richibucto, viennent à Saint-Louis, on partage les écoles, les sports et nos infrastructures.

Consultations sur le Livre blanc

Le gouvernement dit avoir tenu 36 séances de consultation sur le Livre blanc sur la réforme de la gouvernance locale, sans compter les rencontres individuelles. La province estime que 1700 personnes ont participé aux consultations, et 1200 personnes ont répondu à un sondage en ligne.

Tous les changements apportés au Livre blanc sur le réforme municipale sont disponibles en ligne (Nouvelle fenêtre).

Avec les informations de La Matinale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !