•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des hausses de taxes de 6 % pour les contribuables d’Amos en 2022

Sébastien D'Astous tient le budget dans ses mains.

Le maire Sébastien D'Astous a présenté un budget en hausse de 6 % pour la prochaine année, mardi.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Les contribuables amossois n’auront pas de répit en 2022, alors que la Ville d’Amos annonce des hausses de taxes de l’ordre de 6 % au niveau résidentiel.

C’est en effet ce qui se dégage des prévisions budgétaires adoptées mardi soir par le conseil municipal.

Ainsi, pour le propriétaire de la maison moyenne, dont la valeur a augmenté de plus de 12 % avec le nouveau rôle triennal pour atteindre 234 109 $, la facture grimpera de 190 $ en milieu urbain et de 152 $ en milieu rural non desservi, pour des hausses d'environ 6 %.

L’an dernier, ces hausses n'avaient pas dépassé 1,6 %.

Ce que je vous annonce aujourd’hui, d’augmenter les taxes, ce n’est pas quelque chose qu’on souhaite, c’est quelque chose de nécessaire pour pouvoir assurer le maintien des services, la qualité des services. Avec les tourmentes de la COVID, c’est difficile de couper les budgets et on ne voulait pas se mettre à risque en 2022. Sachez qu’on est très motivés et que l’objectif pour les prochaines années sera d’augmenter les revenus, a souligné le maire Sébastien D’Astous, lors de la présentation du budget aux médias, mardi après-midi.

Ces hausses comprennent des augmentations des tarifications pour l’eau (12,7 %), pour l’assainissement des eaux usées (8,3 %) et la gestion des matières résiduelles (5 %). Celles-ci prévoient notamment l’ajout de six collectes pour le compostage, la vidange des étangs aérés et le coût des études pour les puits #1 et le réservoir d’eau potable.

Un bâtiment à Amos.

Le réservoir d'eau potable d'Amos

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

C’est une augmentation de 10 % pour l’eau. Là encore, on a beaucoup de pression pour maintenir un réseau de qualité et arrêter de chlorer l’eau. On veut s’assurer d’être en mesure de faire le travail nécessaire en 2022 pour revenir à la normale, a précisé le maire D’Astous.

Budget à la hausse

L’augmentation de taxes correspond à peu près à la hausse des dépenses projetée par la Ville d’Amos en 2022. Le budget de fonctionnement augmentera en effet de près de 6 % pour frôler les 46,2 millions de dollars. Près de la moitié de cette augmentation est attribuable aux coûts de la masse salariale et de l’équité salariale. La Ville s’impliquera aussi financièrement dans la création de 180 places en garderie et fera certaines embauches stratégiques.

Quand on engage 155 000 $ de revenus pour deux nouveaux journaliers qui vont être disponibles pour aller sur les feux, c’est parce que présentement, la pénurie de main-d'œuvre affecte tout le monde. C’est de plus en plus difficile d’avoir des pompiers volontaires qui sont libérés de leur poste de travail. Il faut être créatif et trouver des solutions à l’interne. N’ayez crainte, ces gens-là vont avoir des rôles et des responsabilités dans notre organisation, mais au moins, on va être en mesure de pouvoir les utiliser lorsqu’il y aura des incendies, a fait valoir Sébastien D’Astous.

Ce dernier a aussi rappelé que la Ville devait composer avec un manque à gagner d'environ 350 000 $ en taxes municipales avec la fermeture temporaire de l'usine de papier journal Résolu.

La dette frôle les 50 M$

La Ville d’Amos projette par ailleurs que sa dette atteindra 49,2 millions de dollars au 31 décembre 2021, une augmentation de 7 millions de dollars. Elle respecte toutefois toujours sa politique de gestion de la dette. À 118 %, le ratio d’endettement total sur les revenus totaux demeure sous la limite fixée à 120 %. Quant au ratio du service de la dette sur les charges totales, qui s’élève à 11,3 %, il demeure sous le plafond fixé à 15,5 %.

La ligne d'arrêt est tout juste avant un intersection. Un trou a été creusé plus loin dans la rue.

Des travaux d'asphaltage ont eu lieu à Amos en 2021. (archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Il y a eu beaucoup de canalisations et d’asphaltage réalisés en 2021, qui ont fait que la dette a augmenté, et je me plais à dire, même si je n’aime pas voir la dette monter, que ces canalisations devaient être changées. Les deux tiers de ces dépenses, c’est pour du souterrain, mais c’est du souterrain qui sera bon pour les 50 prochaines années, a-t-il souligné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !