•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des écologistes demandent plus d’argent pour protéger les forêts anciennes en C.-B.

Ils souhaitent que le budget provincial de 2022 soutienne les communautés et les travailleurs touchés par le moratoire.

Chargement de l’image

Les militants ont disposé au sol des paquets-cadeaux et tenu des panneaux indiquant : « Tout ce que nous voulons pour Noël… c'est un financement pour protéger les forêts anciennes.»

Photo : Radio-Canada / François Macone

Plusieurs militants écologistes, membres de Premières Nations et élus se sont rassemblés mardi devant l'Assemblée législative, à Victoria, pour demander que la Colombie-Britannique soutienne financièrement les collectivités et les communautés touchées par le moratoire sur la coupe de forêts anciennes.

Nous sommes rassemblés aujourd'hui pour demander au gouvernement provincial de passer de la parole aux actes en incluant au budget 2022 un financement approprié pour l'expertise technique des Premières Nations en matière de protection des forêts anciennes, et pour continuer les mesures de conservation, a précisé Adam Olsen, député provincial du Parti vert pour Saanich North et les Îles.

Il ajoute que la demande est faite pour que les coupes ne soient pas simplement suspendues, mais que les forêts anciennes soient préservées .

Adam Olsen fait ainsi référence à la suspension de l'exploitation de 2,6 millions d'hectares de forêts anciennes, décidée par la Colombie-Britannique en novembre dernier.

Un engagement financier dans le budget 2022

Les militants présents, dont Makwala Rande Cook, artiste kwakwa̱ka̱’wakw et chef héréditaire ma’amtagila, et Andrea Inness, de l'Ancient Forest Alliance ont indiqué que le gouvernement provincial n’a pas dévoilé de financement pour compenser la perte de revenus engendrée par ce moratoire.

Chargement de l’image

La Colombie-Britannique veut suspendre pour deux ans l’exploitation de 2,6 millions d’hectares de ses forêts anciennes, avec l'accord des Premières Nations.

Photo : Radio-Canada / Sarah Xenos

Un financement de plusieurs centaines de millions de dollars est évoqué dans un communiqué invitant au rassemblement, entre autres, pour aider les Premières Nations à gérer leurs terres et les forêts anciennes qui s'y trouvent, ainsi que pour trouver des solutions de rechange économiques à l'exploitation de ces forêts anciennes et soutenir la foresterie, les travailleurs et les communautés en transition.

Les manifestants demandent également à la province de dépasser l'engagement financier du gouvernement fédéral de 50 millions de dollars pour protéger les arbres anciens en Colombie-Britannique en allouant au moins 300 millions de dollars à la protection des forêts anciennes dans le budget 2022 .

Sur le terrain, la lutte continue

Le moratoire sur la coupe d'arbres anciens en Colombie-Britannique a été soumis à l’approbation des 204 Premières Nations de la province.

L'annonce est survenue sur fond de tensions dans le bassin versant de Fairy Creek, où les activités forestières soulèvent de nombreuses critiques. Les Premières Nations ont approuvé majoritairement le moratoire, tout en dénonçant « un processus contraignant et coercitif ».

Chargement de l’image

Malgré la pluie et le froid, des militants étaient encore présents au mois de novembre à Fairy Creek, sur l'île de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Ken Mizokoshi

Andy MacKinnon, écologiste forestier et conseiller municipal de Metchosin, près de Victoria, présent au rassemblement mardi, qualifie ce retard d'irrespectueux. Ils demandaient à ces communautés sous-financées de prendre une importante décision concernant leurs terres ancestrales en seulement 30 jours. Cela s’apparente à une gifle pour n'importe qui.

« Il est important de préserver les forêts primaires partout dans la province pour leurs bénéfices, sociaux, culturels, spirituels et environnementaux.  »

— Une citation de  Andy MacKinnon, écologiste forestier et conseiller municipal de Metchosin

À Fairy Creek, la manifestation se poursuit, malgré la pluie et le froid, pour obtenir la suspension complète des coupes de forêts anciennes en Colombie-Britannique.

Et ces militants écologistes ne sont pas seuls, puisqu'un nouveau groupe nommé Save Old Growth a donné un ultimatum au gouvernement de John Horgan mardi.

Si celui-ci ne cesse pas toutes les coupes d'arbres anciens dans la province d'ici au 9 janvier, les militants de Save Old Growth promettent de commencer une campagne de perturbation de la Transcanadienne aux alentours de Vancouver et Victoria, selon leur communiqué.

Avec des informations de François Macone

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !