•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants invités à la petite école de l’espace

Représentation d'artiste du télescope James-Webb dans l'espace.

Le développement de James-Webb a commencé en 1997 avec un budget de 670 millions de dollars. Un chiffre plusieurs fois revu à la hausse qui a atteint 13 milliards de dollars en 2018 (archives).

Photo : NASA

Radio-Canada

L’Institut de recherche sur les exoplanètes en association avec l’Observatoire du Mont-Mégantic et le Centre de recherche en astrophysique du Québec invite vos enfants de 3 à 8 ans et toute la famille à La petite école de l’espace.

Un événement virtuel gratuit est prévu mercredi.

Il sera alors question du Télescope Webb, le futur grand observatoire spatial.

Les enfants de 3 à 8 ans ont les meilleures questions. En fait, ils ont les mêmes questions que nous, mais ne sont pas gênés de les poser, explique l’astrophysicienne, communicatrice scientifique et coordonnatrice à l'éducation et au rayonnement à l'Institut de recherche sur les exoplanètes à l'Université de Montréal, Marie-Ève Naud.

Le lancement du télescope James-Webb a été reporté au 24 décembre.

C'est un projet d'envergure, C’est le plus gros jamais envoyé. C'est une collaboration entre trois agences spatiales, dont l’Agence spatiale canadienne. Nous avons hâte qu’il soit lancé, indique Mme Naud.

Le miroir du télescope mesure 6,5 mètres de large et doit être plié dans le nez de la fusée Ariane. Il sera déployé à 1,5 million de kilomètres de la terre en orbite autour du soleil.

Tout doit être parfait parce que nous ne pouvons pas aller le réparer. C’est le prochain grand observatoire spatial. On s’attend à de grandes surprises. Ça fait du bien de prendre de la perspective, indique Mme Nault.

La petite école de l’espace est disponible sur la chaîne YouTube de l’Institut de recherche sur les exoplanètes.

La petite école est née durant le confinement. Nous voulions rejoindre les tout-petits à partir de 3 ans. Ils ont beaucoup de questions. On voulait amener des brides d’univers qui sont accessibles pour eux, indique Marie-Ève Naud.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !