•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Luc Picard récompensé à Whistler pour Confessions

L’acteur a aussi parlé, à l'émission Culture club, des nombreux projets qui l'occupent en ce moment.

Chargement de l’image

Le comédien et réalisateur Luc Picard

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Festival du film de Whistler a décerné le prix Borsos du meilleur réalisateur à Luc Picard pour le film Confessions, une adaptation du livre Gallant : confessions d’un tueur à gages, des journalistes Éric Thibault et Félix Séguin.

Le jury, composé de la productrice et réalisatrice Tanya Lapointe, des réalisateurs Stula Gunnarsson et Sergio Navarretta, ainsi que du producteur Damon D'Oliveira, a choisi Luc Picard unanimement. Confessions est un film mené de main de maître par un artiste en pleine possession de ses moyens, à la fois devant et derrière la caméra, ont déclaré les membres du jury.

Luc Picard tient le rôle principal du film, en plus d’en assumer la réalisation. David La Haye, Sandrine Bisson, Éveline Gélinas, Dany Boudreault, Emmanuel Charest, Jean-François Boudreau, Bobby Beshro, Maxim Gaudette, Louise Portal et Raymond Cloutier complètent la distribution.

Un défi de jouer et de réaliser

En entrevue à Culture club samedi dernier (avant la remise du prix), Luc Picard a parlé du défi que ce film représentait.J’ai déjà joué dans mes propres films, mais jamais un rôle qui était présent du début à la fin. Gallant est dans pratiquement toutes les scènes d’une part, et d’autre part, Gallant est une composition. Dans L’audition, je jouais à peu près [mon propre rôle]. Gallant est bègue, il avait à peu près 86 de quotient intellectuel. C’est vraiment tout un personnage, c’était donc assez périlleux de jouer et de réaliser le film à la fois, raconte le comédien et réalisateur.

Il ajoute que le plus difficile, quand on joue une personne bègue, est de trouver sa respiration. Il faut que ça devienne une seconde nature, et non pas un faux bégaiement. Je me rends compte que les bègues ont toutes sortes de façons de contourner leur bégaiement, et ça, c’est intéressant, précise Luc Picard.

Le film doit prendre l’affiche au Québec le 11 mars 2022, si les salles de cinéma, qui viennent de fermer leurs portes à cause du variant Omicron, sont rouvertes.

Une année fructueuse pour Luc Picard

L’acteur a également parlé avec René Homier-Roy des nombreuses productions qui ont bercé la fin de son année 2021 et qui culmineront à l’aube de 2022, notamment un radiothéâtre.

Les adeptes de radiothéâtre pourront donc entendre Enoch Arden le 2 janvier à 21 h sur ICI Première. Jacques Godin avait commencé l’enregistrement de cette pièce avec le pianiste Philippe Prud’homme, mais le comédien est décédé avant de le terminer. Luc Picard a repris le flambeau, toujours avec Philippe Prud’homme, pour concrétiser ce radiothéâtre.

« Ça m’a touché que la famille de Jacques [Godin] ait eu le désir que je fasse ça. Ça m’a intimidé aussi, car évidemment, je n’ai pas la voix et la diction de monsieur Godin. On n’est pas exactement de la même école. Mais je me sentais privilégié de pouvoir continuer une œuvre qu’il avait commencée. »

— Une citation de  Luc Picard

Le comédien avoue que l’expérience n’a pas été facile pour quelqu’un comme lui, qui qualifie sa voix d’un peu monocorde. Il y a beaucoup d’expressions qui passent par les yeux et le visage. C’est un peu normal, c’est mon métier, mais c’est intéressant de faire l’exercice de se passer de sa face, ajoute-t-il.

Enoch Arden raconte l’histoire d’un pêcheur qui revient dans son village après 10 années pendant lesquelles il avait été porté disparu à la suite d’un naufrage en mer. Entre-temps, sa femme s’est remise en couple avec son ami d’enfance.

Une nouvelle série télé

Luc Picard sera aussi à l’affiche d’une nouvelle série télévisée en ondes sur Noovo à partir du 12 janvier 2022. Aller simple est un thriller psychologique qui met également en vedette Marc Beaupré, Éric Bruneau, Caroline Dhavernas, Nathalie Doummar, Anick Lemay, Rémi-Pierre Paquin, Anie Pascale et Samian.

Chargement de l’image

La distribution de la série « Aller simple » : Rémi-Pierre Paquin, Anie Pascale, Éric Bruneau, Caroline Dhavernas, Luc Picard et Samian

Photo : Noovo

La série raconte l’histoire de huit personnages invités dans la résidence d’un millionnaire. L’hélicoptère qui les y emmène s’écrase. Le petit groupe doit donc se débrouiller pour survivre dans la nature sans pouvoir communiquer avec le reste du monde.

Soudainement, des gens dans le groupe se mettent à mourir. C’est très Agatha Christie. Puis, on se rend compte que quelqu’un a manigancé l’accident d’hélicoptère. On ne sait pas pourquoi ces personnes sont réunies, mais l’une d'elles est un tueur ou une meurtrière, résume Luc Picard.

Le comédien a aussi participé à OD relu et pas tant corrigé, une parodie de la téléréalité québécoise dont l’idée vient de l’équipe. J’ai trouvé ça très amusant à faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !