•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles règles sanitaires : un autre dur coup pour les restaurateurs manitobains

Un serveur met la table dans un restaurant.

Depuis l'annonce des nouvelles restrictions sanitaires au Manitoba, de nombreux restaurateurs subissent des annulations de réservations.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les restaurants manitobains reçoivent de nombreux appels d'annulation de réservation depuis l'annonce, vendredi, de nouvelles restrictions sanitaires dans la province pour contrer la propagation de la COVID-19.

C'est un dur coup pour les restaurateurs à la veille de la période des Fêtes. Lundi midi, le restaurant East India Company n'avait que quatre tables occupées. En temps normal, c'est une quinzaine de tables qui reçoivent des clients à cette période de la journée.

L'émergence du variant Omicron préoccupe les habitués de la scène gastronomique winnipégoise, selon Sachit Mehra, le propriétaire de trois restaurants East India Company dont celui à Winnipeg.

Ils ne sont pas nécessairement confiants [dans le fait] que la restauration est une place [encore sécuritaire] pour manger. Ce n'est pas vrai, mais c'est ce qui passe, se désole-t-il.

À compter de mardi, les bars, les restaurants et les événements de grande envergure au Manitoba seront limités à 50 % de leur capacité, et ce au moins jusqu'au 11 janvier 2022. Les clients devront aussi rester assis et un maximum de 10 personnes par table sera autorisé.

Sachit Mehra donnne une entrevue à Radio-Canada dans son restaurant t East India Company à Winnipeg.

Sachit Mehra, propriétaire du restaurant East India Company à Winnipeg

Photo : Radio-Canada

Depuis l'annonce du resserrement des mesures sanitaires par la province vendredi en fin d'après-midi, Sachit Mehra a constaté une augmentation de plus de 175 % des annulations de réservations comparativement à la période entière du temps des Fêtes en 2019.

Même s'il fait confiance aux ordonnances sanitaires, lui-même se pose des questions.

C'est difficile de voir que les ordres sanitaires ne sont pas renforcés [de manière égale entre secteurs]. Pour la restauration, c'est 50 %, mais les entreprises à grande surface c'est la capacité maximale. Si le but était de ralentir la propagation de la COVID-19, pourquoi ce n'est pas fait également pour toutes les entreprises?, se demande-t-il.

Le directeur général de l'Association manitobaine des restaurateurs et des services de nourriture, Shaun Jeffrey, affirme que ces restrictions pourraient se traduire par une perte de profit de 5 à 10 % pour un restaurateur moyen.

C'est l'une des périodes les plus chargées de l'année et c'est aussi une période dont nous profitons pour soutenir les deux mois suivants, janvier et février, qui sont normalement les plus lents pour nous, indique-t-il.

Tout comme Sachit Mehra, Shaun Jeffrey fait confiance aux autorités sanitaires et souhaite que ces restrictions n'aillent pas au-delà du 11 janvier.

Il assure être en constante communication avec le gouvernement manitobain qui demeure ouvert à instaurer un soutien financier pour les restaurateurs et leurs employés.

Avec les informations de Chantallya Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !