•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Cour suprême de la C.-B. interdit à un Britanno-Colombien de pêcher à vie

Un crabe.

Le 2 mars 2020, plus de 250 crabes vivants pêchés illégalement par Scott Steer et deux membres de son équipage dans le port de Vancouver ont été saisis par un navire de patrouille maritime.

Photo : Flickr / Jerry Kirkhart

Radio-Canada

Un homme de Nanaimo, reconnu coupable de pêche illégale, n'a plus le droit de pêcher de toute sa vie à la suite d'un jugement de la Cour suprême de la Colombie-Britannique.

Il s'agit de la première interdiction de pêche à vie dans la région du Pacifique depuis plus de 10 ans.

Cette sanction résulte d’un événement survenu peu après minuit, le 2 mars 2020 au port de Vancouver. Scott Steer a été surpris en train de pêcher illégalement du crabe, accompagné de deux membres d’équipage. Un navire de patrouille maritime lui a conseillé d'arrêter, mais il a pris la fuite, selon des documents judiriques.

Lorsqu'il a par la suite été arrêté, son bateau, un camion et une remorque ont tous été saisis. Les autorités ont trouvé à bord environ 250 crabes vivants, qui ont été remis à l'eau.

Par le passé, M. Steer avait déjà été reconnu coupable de plusieurs chefs d'accusation et s'était vu imposer des sanctions judiciaires, dont une interdiction de pêcher pendant 24 mois, une peine d'emprisonnement et des amendes importantes.

Selon le commandant de détachement de Pêches et Océans Canada, Art Demsky, les sanctions antérieures n'ont pas suffi à le dissuader de récidiver.

Il n'y a eu aucun effet dissuasif à l'envoyer en prison. Aucun montant d'amende ne semble être suffisant, explique M. Demsky. À un moment donné, il faut dire que ça suffit et voici une interdiction à vie.

6 mois d'emprisonnement et 3 ans de probation

En plus de son interdiction de pêcher à vie, M. Steer ne peut plus non plus monter à bord d’un navire de pêche.

Il a aussi été condamné par la Cour suprême de la Colombie-Britannique à six mois d’emprisonnement ainsi qu'à trois ans de probation supplémentaires, dont 12 mois de couvre-feu et 75 heures de travaux communautaires.

Le juge lui a aussi interdit de participer à des activités d’achat ou de vente de poisson durant une période de cinq ans, d’acheter ou de vendre un navire de pêche, et a par ailleurs ordonné la confiscation du navire en aluminium, utilisé pour mener des activités illégales, dont la valeur se chiffre à environ  50 000 $.

L’un des deux membres d’équipage arrêtés avec M. Steer, Sammy Williams, a aussi été reconnu coupable d’infractions à la Loi sur les pêches le 30 novembre 2021 par le tribunal de Vancouver, et connaîtra sa sentence au cours de la nouvelle année.

Le second membre d’équipage, Cristopher Schill, a plaidé coupable lors d’un procès distinct, et connaîtra également sa sentence au début de 2022.

La pêche illégale peut entraîner une surpêche

Art Demsky indique que la pêche illégale rend la gestion des ressources incroyablement difficile et qu'elle peut entraîner une surpêche.

Il précise également qu'en Colombie-Britannique, seul le crabe capturé en vertu d'un permis peut être acheté ou vendu. Celui-ci doit d'abord être transformé et inspecté par une usine agréée pour s'assurer qu'il est propre à la consommation.

Il ajoute que toute personne ayant des renseignements sur des infractions présumées peut appeler la ligne de signalement des infractions de Pêches et Océans Canada, au 1 800 465-4336.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !