•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les répercussions de l’avertissement aux voyageurs sur la validité des assurances

Chargement de l’image

Jonathan Quirin, qui n'a pas de famille au Canada, va se rendre en France aux Fêtes en dépit des recommandations du fédéral.

Photo : Jonathan Quirin

Radio-Canada

Jonathan Quirin n’a pas de famille à Toronto et, après des mois passés seul, il a réservé un vol vers la France pour les Fêtes.

Pour assurer ses arrières, il a souscrit à une assurance voyage. Mais le variant Omicron a fait son apparition et le fédéral presse les Canadiens de renoncer à tout voyage non essentiel à l’étranger.

Jonathan Quirin a malgré tout bien l’intention d’aller en France.

Le gouvernement n’a pas adopté de mesure qui pourrait l’en empêcher. Mais l’avertissement aux voyageurs d’Ottawa vient en pratique d’invalider l’assurance voyage de M. Quirin.

Ce n’est pas juste, s'exclame-t-il. Si quelque chose arrive, c’est moi qui devrai payer.

Il savait qu’un avertissement aux voyageurs d’Ottawa rendrait son assurance nulle. Quand il a fait sa réservation, il y a des mois, il ne s’attendait toutefois pas à ce qu’on annonce que les voyages seraient fortement déconseillés.

J’ai réservé tôt et je me suis fait vacciner. Je croyais que ça irait, dit-il.

Avertissement aux voyageurs

Mercredi, le ministre fédéral de la Santé Jean-Yves Duclos a demandé aux Canadiens qui comptaient se rendre à l’étranger d’annuler leur voyage, en raison de la propagation un peu partout dans le monde du très contagieux variant Omicron.

Pour éviter les infections liées à des voyages alors que les cas de COVID-19 sont en hausse, Ottawa a modifié ses recommandations et déconseille tout voyage non essentiel à l’étranger.

À tous ceux qui comptaient voyager, je dis très clairement que ce n’est pas le moment, a déclaré le ministre Duclos. La propagation rapide du variant Omicron à l’échelle de la planète nous fait craindre le pire.

Les conseils du gouvernement fédéral :

Si vous devez voyager à l'étranger pendant la pandémie de COVID-19, sachez que votre capacité à obtenir une assurance maladie individuelle de voyage lorsque le gouvernement du Canada déconseille les voyages non essentiels peut être limitée. Les politiques d’annulation et (ou) d’interruption pour les nouveaux voyages peuvent également être limitées.

SOURCE : site du gouvernement du Canada (Nouvelle fenêtre)

Une situation imprévisible

Richard Smart, président du Conseil de l’industrie touristique de l’Ontario, recommande de faire affaire avec une agence de voyages et de bien lire les petits caractères des contrats. Ainsi, en cas d’annulation, le consommateur pourra plus facilement déterminer s’il a droit à un remboursement ou encore à un crédit applicable à un prochain voyage.

J’encourage les consommateurs à ne pas paniquer, déclare-t-il.

Martin Firestone, président de la compagnie d’assurance Travel Secure, pense que le conseil le plus important à adresser aux voyageurs est de bien comprendre leur police. L’objectif est de choisir une couverture qui ne comporte pas d’exclusion.

L’autre option, à son avis, est de faire des réservations auprès de compagnies aériennes et d'hôtels qui offrent un remboursement en cas d’annulation.

D'après les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !