•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune Autochtone lance une application cellulaire pour apprendre le cri

Cameron Adams est dans un bâtiment. Il porte des lunettes.

Cameron Adams espère que les divisions scolaires puissent utiliser l’outil d’apprentissage avec des iPads. Il songe aussi à créer un site Internet.

Photo : Université de Winnipeg

  • Zoé Le Gallic-Massie

L’Autochtone Cameron Adams a lancé vendredi la nouvelle application cellulaire gratuite « nēhinawēwin » pour permettre aux gens d’apprendre le cri.

Pour moi c’est important que [l’apprentissage du cri] soit accessible, souligne le jeune homme de 22 ans.

On s’est fait enlever notre langue et notre culture alors c’est important de pouvoir redonner cette possibilité [d'apprentissage].

Une citation de Cameron Adams, promoteur de nēhinawēwin

Il indique avoir reçu plus de 15 000 $ de soutien financier de l’Université de Winnipeg pour réaliser ce projet.

Je pense que neuf traducteurs et traductrices ont travaillé sur ce projet.

La Décennie internationale des langues autochtones

Consulter le dossier complet

Un tableau noir où est écrit Bienvenue en plusieurs langues autochtones.

À l’âge de 16 ans, Cameron Adams a appris qu’il avait des ancêtres cris et ojibwés. Il a donc décidé d’apprendre le cri pour retisser des liens avec ses racines.

L’application est destinée autant aux enfants qu’aux adultes, dit M. Adams en précisant que l'outil d'apprentissage est disponible pour les téléphones de marque Apple.

Cameron Adams, un jeune garçon autochtone, assis à une table où se trouvent des livres, devant une plage au Manitoba.

Cameron Adams a été reconnu étudiant représentatif de la faculté d’Éducation de l’Université de Winnipeg pour son implication dans la revitalisation des langues autochtones.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

L'application est destinée aux curieux qui veulent apprendre le cri ou à des Autochtones qui veulent parfaire leurs connaissances pour enseigner la langue à leur entourage.

Avec le cri, il y a le dialecte ‘’ N ‘’ parlé au Manitoba, et le dialecte ‘’ Y ‘’ parlé en Saskatchewan et en Alberta.

Tous les mots de l’application font partie du dialecte parlé au Manitoba, mais les Cris comprennent les deux dialectes. C’est comme les différentes formes de français, explique Cameron Adams, qui parle lui-même français.

Une application à plusieurs vocations

L’application offre un dictionnaire divisé en différentes catégories : adverbes, animaux, oiseaux, camping, couleurs, jours de la semaine, expressions, sports, arbres, etc.

Cameron Adams admet qu’il existe plusieurs applications pour apprendre des langues autochtones, mais selon lui, nēhinawēwin permet en plus d’accéder à des voix, soit à des pistes audio pour chaque mot.

L’outil offre des chansons et des prières avec le verbatim en cri et la traduction en anglais. Certaines de ces prières sont à caractère religieux.

Plusieurs Cris pratiquent la chrétienté, rappelle M. Adams.

Le projet de l’application est toujours en cours de construction. On aimerait même ajouter des images qui correspondent aux mots.

Mon but serait de voir les divisions scolaires utiliser cet outil.

Cameron Adams organise un lancement officiel de l’application le vendredi 14 janvier de 19 h à 20 h 30. Les informations pour y avoir accès seront disponibles à l’événement Facebook nēhinawēwin App Launch

  • Zoé Le Gallic-Massie

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.