•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À l’heure des examens, la COVID-19 inquiète les étudiants de l’UBC

Chargement de l’image

Des étudiants de l'établissement universitaire vancouvérois se disent inquiets de voir des classes pleines, dans lesquelles des collègues sont peut-être atteints de la COVID-19, lors des examens.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Radio-Canada

La peur de voir des centaines d’étudiants s’entasser dans des classes bondées pour passer des examens alors que certains pourraient avoir la COVID-19 a conduit des étudiants de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) à demander l’annulation des examens en personne.

L’association des étudiants de l’établissement universitaire a écrit une lettre ouverte à la direction pour exprimer les inquiétudes de ses membres devant le manque de distance physique dans les salles d’examens et la présence d’étudiants ayant des symptômes de COVID-19 lors des épreuves.

Eshana Bhangu, la vice-présidente aux affaires universitaires de l’Association Alma Mater, soutient qu’un nombre important d’étudiants s’est tourné vers le syndicat à ce sujet.

Elle précise que l’association a eu vent du peu de distanciation physique, de la présence d’étudiants déclarés positifs aux examens et d’étudiants forcés de s’asseoir par terre pour faire leurs examens, faute d’espace.

Je m’attends à ce que l’université fasse preuve de leadership, explique-t-elle, ajoutant que l’établissement n’a pourtant pas hésité à se tourner vers l’éducation en ligne au début de la pandémie.

Je comprends qu’il y a des défis logistiques, mais ils ont déjà prouvé qu’ils pouvaient le faire. C’est une question de volonté.

Une mesure adoptée ailleurs

La demande de l’association étudiante fait suite à l’annulation des examens en personne par l’Université de Victoria à cause d’une éclosion liée au variant Omicron. D’autres établissements canadiens, dont l’Université Queen’s, ont fait de même.

Bien que le gouvernement ne publie aucun avis d’exposition pour les établissements universitaires de la province, les étudiants de l’UBC se considèrent comme à risque.

La régie de la santé Vancouver Coastal, sur le territoire de laquelle se trouve l’Université, connaît, ces jours-ci, une augmentation du nombre de cas de COVID-19.

Dans une déclaration écrite, le directeur principal des relations avec les médias de l’Université de la Colombie-Britannique, Kurt Heinrich, soutient que la direction de l’établissement a dit aux doyens qu’ils peuvent se tourner vers des examens en ligne lorsqu’ils le jugent approprié.

Il souligne toutefois que la décision appartient aux professeurs et au personnel.

Les autorités de la santé continuent de nous dire que l’UBC n’est pas au coeur d’un pic du nombre de cas qui pourrait devenir dangereux pour les étudiants, le corps professoral et les autres employés, explique-t-il.

Pas très rassurant, disent des étudiants

Selon Daniel Dian, un étudiant de deuxième année du premier cycle à l’École d’administration de l’UBC, la mise en circulation de vidéos montrant des centaines d’étudiants entassés dans des salles d’examens alors qu’une rumeur sur la présence d’étudiants atteints de la COVID-19 aux examens se propage n’a rien de rassurant.

L’Université voudrait qu’on soit rassuré lorsqu’elle nous dit que le taux de transmission est faible lors des examens en personne, [mais] honnêtement, c’est difficile à croire, explique-t-il.

Il soutient que la politique de l’établissement en matière de reprise d’examens pour les étudiants malades est extrêmement malcommode, ce qui en incite plusieurs à se présenter à leurs examens malgré la maladie.

Dans un moment comme celui-ci, je suis surpris de voir que l’université n’a pas mis en place de politique plus conciliante.

Avec des informations d’Akshay Kulkarni et Janella Hamilton et de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !