•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sénateur démocrate clé dit « non » au plan de réformes sociales de Biden

Joe Manchin.

Le sénateur démocrate Joe Manchin

Photo : Associated Press / J. Scott Applewhite

Agence France-Presse

Le sénateur démocrate américain Joe Manchin a déclaré dimanche qu'il n'approuverait pas le gigantesque plan de réformes sociales de Joe Biden, paraissant sonner le glas de ce programme destiné à transformer l'Amérique.

Je ne peux pas aller plus loin, a déclaré sur la chaîne Fox l'élu de Virginie-Occidentale, qui est depuis des semaines l'un des principaux obstacles à ce programme de réformes sociales et écologiques.

Je ne peux pas voter pour ça, a ajouté M. Manchin, invoquant notamment la hausse des prix et l'ampleur de la dette.

« Je ne peux tout simplement pas. J'ai essayé tout ce qui était humainement possible, je ne peux pas [...] C'est non. »

— Une citation de  Joe Manchin, sénateur démocrate

C’est le contraire de ce qu’il a dit au président, a répliqué la Maison-Blanche.

Dans une déclaration rendue publique dimanche, l’administration Biden souligne que les commentaires du sénateur Manchin ce matin sur FOX sont en contradiction avec les discussions qu'il a eues cette semaine avec le président, avec le personnel de la Maison-Blanche et avec ses propres déclarations publiques.

« Il y a plusieurs semaines, le sénateur Manchin s'est engagé auprès du président, à son domicile de Wilmington, à soutenir le cadre Build Back Better que le président a ensuite annoncé. Le sénateur Manchin s'est engagé à plusieurs reprises à négocier la finalisation de ce cadre "de bonne foi". »

— Une citation de  Extrait de la déclaration de la Maison-Blanche

Baptisé Build Back Better (Reconstruire en mieux), le plan de 1750 milliards de dollars prévoit notamment l'école maternelle pour tous, des crédits d'impôt pour les foyers américains et des investissements conséquents pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Après un premier vote en novembre à la Chambre des représentants, où les démocrates avaient surmonté leurs différends internes entre centristes, inquiets de l'effet sur la dette, et l'aile gauche, qui voulait aller plus loin dans les dépenses, son adoption au Sénat a été reportée ces derniers jours.

Le Sénat étant divisé (50 élus pour chaque camp), tout démocrate ou affilié a dans les faits ce qui s'apparente à un droit de veto sur tout projet de loi, si les républicains serrent les rangs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !