•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il ne reste plus de tests rapides dans les succursales de la LCBO

Une affiche en anglais qui dit que les tests rapides ne sont pas disponibles à cette succursale.

Il ne reste plus de tests rapides dans les succursales de la LCBO, mais l'organisation dit qu'elle informera les Ontariens si elle en reçoit d'autres.

Photo : CBC/Colin Butler

Radio-Canada

La Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) affirme avoir déjà épuisé ses trousses de dépistage rapide antigénique alors que certaines succursales avaient commencé à les distribuer vendredi.

Dans un tweet publié vendredi soir, la LCBO a indiqué ne plus avoir de tests rapides à offrir aux Ontariens, mais que l’organisation publierait un message si elle en recevait d’autres.

La LCBO a déclaré vendredi matin qu’elle ne savait pas exactement quand les tests rapides allaient arriver en magasin, mais qu’elle s’attendait que l’approvisionnement de tests disparaîtrait rapidement.

Moins d’une heure plus tard, la LCBO avait publié un tweet disant que plusieurs succursales dans le grand Toronto avaient déjà épuisé leurs réserves de tests.

Plusieurs ontariens ont d’ailleurs attendu dans de longues files vendredi pour se procurer de tels tests rapides, avec le variant Omicron qui inquiète et le temps des Fêtes qui arrive à grands pas.

Lors d’un point de presse vendredi, le premier ministre Doug Ford a déclaré que la province distribuait les tests rapides aussi vite qu’elle le pouvait.

Je tiens à m’excuser auprès des personnes dans la file qui n’ont pas pu en recevoir, ces tests rapides ont disparu très rapidement a-t-il exprimé.

M. Ford a ajouté que la province doit recevoir 10 millions de tests rapides supplémentaires le 27 décembre et qu’il a demandé au gouvernement fédéral d’en fournir davantage.

Cheryl Prescod, directrice générale du centre de santé communautaire Black Creek, constate que les annonces récentes ont incité plus de gens à vouloir subir un test et à recevoir leur troisième dose.

« Ils veulent avoir accès aux tests rapides qui sont moins invasifs que l'écouvillonnage du nasopharynx, plus confortables, et les résultats sont connus rapidement. »

— Une citation de  Cheryl Prescod, directrice générale du centre de santé communautaire Black Creek

Elle déplore le fait que les tests rapides gratuits ne soient pas distribués dans le quartier Jane et Finch de Toronto, où le besoin est grand. Dans cette communauté, les gens ont plus d'un emploi, ils voyagent en transport en commun, alors ils risquent davantage de contracter la COVID, affirme-t-elle.

D'après les informations de Camille Gris-Roy et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !