•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Trifluvienne reçoit un prix pour son implication pour la santé mentale des jeunes

Chargement de l’image

Entre ses études et son implication sociale, l’horaire de Mégane Jacques est bien chargé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La santé des jeunes préoccupe depuis le début de l’année. Parmi ceux qui ont tiré la sonnette d’alarme, il y a le Parlement Jeunesse. À sa tête, une jeune Trifluvienne très impliquée dans son milieu et qui a reçu un prix en décembre.

Entre ses études et son implication sociale, l’horaire de Mégane Jacques est bien chargé. Pour elle, être occupée et redonner au suivant, c’est une question de santé.

On parle souvent de bypass de l’anxiété, donc la petite chose qui fait en sorte qu’on peut passer par-dessus notre anxiété. Pour moi, c’est d’aider les autres, dit-elle.

Aider les autres, s’aider soi-même, elle le fait depuis son plus jeune âge.

Même au primaire, elle s’impliquait, elle a fait des levées de fonds pour le cancer du sein, elle prenait sous son aile les jeunes, elle animait les jeunes de la maternelle. Ça a toujours continué, raconte sa mère Nathalie Gravel.

« Oui, peut-être que c’était un petit peu trop au secondaire. Mais on s’est vite aperçu que si elle n’avait pas tout ça pour la nourrir, ça faisait l’effet contraire. »

— Une citation de  Nathalie Gravel, mère de Mégane Jacques

Pour assurer son équilibre pendant la pandémie, elle a découvert dans le Parlement Jeunesse, une façon de poursuivre son implication en mode virtuel.

Ça a vraiment été une révélation. Depuis que je me suis impliquée, je dirais que c’est pas mal à toutes les semaines, à tous les jours. On a des rencontres, on a des activités, on planifie des choses, on fait des plaidoyers auprès du gouvernement, poursuit Mégane. Nous, ce qu’on voulait faire, c’était sensibiliser la population à porter attention à la jeunesse autour d’eux pour pouvoir prendre action s’il y avait un danger immédiat pour les jeunes.

C’est justement pour avoir plaidé pour la santé mentale des jeunes pendant la pandémie que l’activiste a reçu le prix de la Jeune personne édifiante 2021 au gala Les héros de la pandémie.

Chargement de l’image

L’activiste a reçu le prix de la Jeune personne édifiante 2021 au gala Les héros de la pandémie.

Photo : Facebook

Mégane n’exclut pas la possibilité de faire le saut dans la vie politique, mais avoue préférer l’activisme pour le moment.

Si ses rêves se concrétisent, son parcours scolaire devrait en fait lui ouvrir les portes de Médecins sans frontières.

D'après le reportage de Pascale Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !