•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Fransaskois révèlent leurs plus précieuses décorations de Noël

Dans un sapin de Noël tout illuminé, gros plan sur un ornement en laine représentant un pierogi avec deux yeux et une bouche qui sourit.

La décoration 2021 de Shannon Lacroix, trouvée à la ferme laitière Sunnyside à l'extérieur de Saskatoon. C'est un hommage à la grande communauté ukrainienne de la Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / fournie par Shannon Lacroix

D’un ornement cornichon en passant par un père Noël écossais, cinq Fransaskois vous expliquent quelles sont leurs décorations de Noël les plus précieuses.

Annette Labelle, Ponteix

Décoration précieuse: crèche en bois que son défunt mari Laurent avait trouvé dans un sac de dons à Regina.

Lorsque Annette et son mari ont trouvé cette crèche, vers 2008, ils étaient à Regina. À l’époque, ils ramassaient des sacs de dons pour les nouveaux arrivants.

En prenant un sac, Laurent s’est rendu compte que celui-ci était différent: quelque chose ‘’bougeait’’, était ‘’lousse’’: c’était la crèche. Tous les morceaux étaient décollés: le bœuf, la Vierge...Tous les personnages étaient au mauvais endroit. Alors, Laurent l’a sablée et a collé les personnages au bon endroit. Il a bien travaillé, explique Annette.

Une dame tient dans ses mains une crèche de Noël en bois avec touts les personnages et la montre à la caméra.

Annette Labelle nous présente la crèche en bois qu'elle et son défunt mari Laurent ont trouvé dans des poubelles de Regina, en 2008.

Photo : Radio-Canada / fournie par Annette Labelle

Depuis, c’est leur crèche de Noël.

Son mari est décédé l’an passé.

Fervente catholique, cette crèche est pour elle le symbole de sa vie.

En vieillissant, Annette s’est débarrassée de plusieurs objets. Mais celui-ci, elle y tient. Elle aimerait que cet objet reste dans la famille.

C’est une simple crèche en bois, pas de bois raffiné ou particulier, mais pour moi, elle vaut tout, résume-t-elle.

Dominic Blais, Regina

Décoration précieuse: ornement de père Noël écossais

Cet ornement représente les racines écossaises de son épouse.

Nous ne l’avons pas acheté en Écosse, nous ne savons pas s’il provient de là, mais il représente nos racines familiales, explique Dominic.

Un ornement de père Noël en verre. Il joue de la cornemuse, porte un kilt et un manteau vert.

Ce ornement de père Noël écossais rattache l'épouse de Dominic Blais et leurs trois enfants à leurs racines écossaises.

Photo : Radio-Canada / fournie par Dominic Blais

Le père Noël écossais se retrouve dans l’arbre de Noël chaque année depuis environ 5 ans. Il a sa place spéciale.

Il est fragile, il est fait en verre. Ce qui fait qu’il est encore plus précieux. D’année en année, les boîtes de décoration se perdent, mais cette décoration a encore sa petite boîte originale.

Dominic garde aussi précieusement un ornement en forme de flocon de neige, dans lequel se trouve une photo de ses trois enfants quand ils étaient petits. Son plus jeune, Michael, a environ trois ans sur la photo. Il en a maintenant neuf.

Un ornement d'arbre de Noël en forme de flocon de neige. À l'intérieur se trouve la photo de trois jeunes enfants souriants.

La deuxième décoration de Noël précieuse de Dominic Blais est celle d'un ornement en forme de flocon de neige avec la photo de ses trois enfants, quand ils étaient plus jeunes.

Photo : Radio-Canada / fournie par Dominic Blais

Cette décoration est précieuse, cela va de soi, car ce sont mes enfants. Nous avons plusieurs ornements dans l’arbre avec leurs photos. Nous espérons un jour en rajouter, avec nos petits-enfants, conclut-il.

Shannon Lacroix, Saskatoon

Décoration précieuse: son sapin de 3 pieds.

C’est le tout premier sapin de Noël que j’ai acheté dans ma vie d’adulte, explique Shannon, toute souriante.

Je l’ai acheté à la fondation de l’hôpital Victoria lorsque je vivais à Prince Albert. À l'époque, j'étais journaliste en santé. Alors ce sapin me rappelle la réalité de ce milieu.

Depuis l’âge de 5 ans, poursuit-elle, la tradition, c’est quand je fais le sapin, je fais jouer un vinyle de chansons de Noël de Disney. C’est vraiment un rituel important pour moi. Faire le sapin est une tradition importante dans ma famille.

Dans un appartement, sur un table en bois, un sapin de Noël décoré et illuminé.

La sapin de Noël de Shannon Lacroix, à Saskatoon, mesure un peu moins de un mètre de haut. Chaque décoration a une signification particulière.

Photo : Radio-Canada / fournie par Shannon Lacroix

Shannon collectionne les décorations depuis ses études postsecondaires. Elles ont toutes un souvenir particulier, lié à une personne, à un voyage, une expérience.

Dans un sapin de Noël tout illuminé, gros plan sur un ornement en laine représentant un pierogi avec deux yeux et une bouche qui sourit.

La décoration 2021 de Shannon Lacroix, achetée à la ferme laitière Sunnyside à l'extérieur de Saskatoon. C'est un hommage à la grande communauté ukrainienne de la Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / fournie par Shannon Lacroix

Shannon se procure un nouvel ornement chaque année. La plus récente que j’ai achetée, c’est un ornement qui représente un pierogi, clin d'œil aux familles saskatchewanaises d’origine ukrainienne!

Estelle Hjertaas, Prince Albert

Décoration précieuse: ornements faits à la main par sa mère, représentant un petit ange en bois et un père Noël.

Estelle possède ces décorations depuis plusieurs années.

L’ange commence à s’effriter. Le corps du père Noël est fait à partir d’anciennes boîtes pour pellicules photos.

Plus jeune, la mère d'Estelle fabriquait une quarantaine de décorations de Noël par année, qu’elle envoyait ensuite par la poste aux membres de sa famille, au Québec.

Deux décorations de Noël, une présentant un Père Noël et l'autre un bois, déposés sur une table.

Les deux ornements de Noël fabriqués par la mère d'Estelle Hjertaas: un père Noël à partir d'une ancienne boîte pour les pellicules à photos et un ange en bois.

Photo : Radio-Canada / fournie par Estelle Hjertaas

À l’époque, Estelle accompagnait sa mère à la bibliothèque, feuilletant les magazines de décorations de Noël.

Sa mère accordait beaucoup de temps et d’attentions à ces décorations. Elle n’oubliait personne: oncles, tantes, frères, sœurs, cousins, cousines. Aujourd’hui, elle n’en fabrique plus, explique-t-elle.

Pour Estelle, ce sera le premier Noël avec son fils de neuf mois. Elle souhaite lui transmettre ce goût pour les décorations précieuses. Elle lui léguera sans doute ces décorations un jour.

Francine Proulx Kenzle, Pense

Décoration précieuse: un ornement ‘’cornichon’’

Pour Francine, Noël est une période nostalgique. Il lui est important de se souvenir de ceux qui ne sont plus là, en se remémorant les beaux moments passés avec eux.

Lorsque je demandais à mon fils Jérémy- quand il était dans la vingtaine- ce qu'il voulait pour Noël - c'était toujours 'rien, je veux rien'...

Jérémy a toujours adoré les cornichons. Si je le laissais faire, il pouvait manger tout un cruchon en un rien de temps. Pour rire, un Noël il y a vingt ans environ, j'ai trouvé un ornement en cornichon et je le lui ai offert en cadeau! Il avait bien ri!

Un ornement de Noël en forme de cornichon

Francine Proulx-Kenzle a acheté ce ornement en forme de cornichon pour son fils Jérémy, friand de ce légume. Mettre un cornichon dans l'arbre de Noël provient d'une tradition allemande: celui qui trouve le cornichon reçoit un cadeau de plus.

Photo : Fournie par Francine Proulx-Kenzie

Pour notre famille, c'est simplement un clin d'œil à Jérémy, qui aimait tant les cornichons. Nous avons hérité de son ornement à son décès et nous continuons à l'accrocher dans notre arbre, tout en pensant à lui.

Le cornichon est fragile, il est fait en faïence, alors Francine le place assez haut dans l’arbre pour qu’il ne s'abîme pas trop rapidement.

Un poinsettia est décoré de lumières de Noël et du ornement de cornichon du fils des Proulx-Kenzle.

Pas de sapin de Noël chez les Proulx-Kenzle en 2021: le cornichon orne cette année un poinsettia de Noël.

Photo : Radio-Canada / fournie par Francine Proulx-Kenzle

Aujourd’hui, Francine est grand-mère du petit Theodore Jeremy, nommé ainsi en l’honneur de son oncle. Ce sera son premier Noël. Un jour, il connaîtra l’histoire de son oncle et du cornichon.

Ne manquez pas nos segments cette semaine au téléjournal 18 heures

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !