•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garderies à 10 $ aux T.N.-O. : une entente qui laisse à désirer, selon certains

Des enfants jouent avec des blocs en mousse.

Les T.N.-O. ont signé une entente pour que, d'ici quatre ou cinq ans, les places en garderies reviennent à 10 $ par jour.

Photo : iStock

Radio-Canada

Si les services de garde abordables semblent, à première vue, être une excellente nouvelle pour les parents des Territoires du Nord-Ouest, une garderie ténoise et un organisme francophone sont peu impressionnés par l’accord signé entre le territoire et Ottawa.

Ryan Fequet, président de la garderie Yellowknife Day Care Association, n’est pas impressionné par l’entente sur les garderies à 10 $ par jour, mais il reconnaît tout de même qu'il y a eu un pas dans la bonne direction. C’est une reconnaissance attendue et méritée de longue date pour le personnel de la petite enfance.

C’est aussi ce que croit Jean-Luc Racine, le directeur général de la Commission nationale des parents francophones (CNPF), notamment en ce qui concerne les parents.

Nous, à la commission nationale des parents francophones, on est très heureux de voir que l’on va alléger le fardeau des parents au niveau des services de garde.

Toutefois, les commentaires positifs des deux hommes s'arrêtent là.

S’il accueille le financement de 51,1 millions de dollars pour les garderies du territoire comme un élément positif, M. Fequet pense que cela ne réglera pas le problème principal, qui a trait aux conditions de travail des éducatrices de la petite enfance.

Ce n’est pas normal que nos employés aient un salaire inférieur à celui d’employés de supermarché qui font de la mise en rayon.

Une citation de Ryan Fequet, président, Yellowknife Day Care Association

Selon lui, les frais promis ne doivent pas seulement permettre de réduire les frais de garde pour les parents, mais aussi permettre de mieux rémunérer les employées, qui sont nombreux à quitter la profession à cause des bas salaires. D’autres occupent aussi plusieurs emplois pour la même raison.

De l’argent peut être versé, mais il doit être utilisé à bon escient. Si les organisations touchent ces fonds pour réduire leurs frais, ça ne va rien aider du tout.

Ryan Fequet s’interroge aussi sur le problème du manque de place dans les garderies du territoire. Mercredi, Ottawa a annoncé que le financement servirait notamment à créer 300 nouvelles places en garderie d’ici cinq ans, mais la Yellowknife Day Care Association a déjà 200 enfants sur sa liste d’attente.

Trop peu de détails pour les francophones

Du côté de la CNPF, Jean-Luc Racine reproche notamment à l’accord de manquer de détails sur le financement alloué à la francophonie.

Là où le bât blesse, c’est qu’on n’est pas assurés que les francophones vont avoir leur juste part du financement.

Une citation de Jean-Luc Racine, directeur général, CNPF

La CNPF dit avoir étudié certaines des ententes signées ailleurs au pays et, jusqu’à présent, elle soutient qu’il n’ y a pas d’engagement ferme à l’endroit des francophones en contexte minoritaire.

M. Racine affirme que des engagements fermes et précis de la part de gouvernements provinciaux ont été intégrés dans les ententes de la Saskatchewan et du Manitoba, et que des résultats pour les organismes francophones ont été obtenus.

Pour éviter que les communautés francophones ne soient délaissées, l'organisme demande donc que la prochaine révision de la Loi sur les langues officielles reconnaisse l’importance d’inclure des clauses linguistiques dans les accords.

En ce moment, ce qu’il y a dans les ententes, ce ne sont que des vœux pieux : "On va s’occuper des francophones." Nous, on veut savoir quel pourcentage du financement va être attribué aux francophones, ou combien de places on va développer pour les francophones.

Mercredi, Justin Trudeau a fait savoir qu’il est essentiel pour son gouvernement que les francophones du pays puissent obtenir des places dans des garderies francophones.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Grand-Nord

Chaque semaine, parcourez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Grand-Nord.