•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Winnipeg veut financer la contestation judiciaire de la loi 21 du Québec

Brian Bowman lors de sa conférence de presse à l'hôtel de ville, devant un rideau bleu et des drapeaux de Winnipeg.

Le maire de WInnipeg, Brian Bowman.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, a déposé une motion afin que la Ville contribue à hauteur de 100 000 $ à la contestation judiciaire de ce qu'on appelle communément la loi 21 sur la laïcité du Québec, qui est en cours.

La somme doit aider le Conseil national des musulmans canadiens (NCCM), la World Sikh Organization (WSO) et l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) à lutter devant les tribunaux contre la Loi sur la laïcité de l’État, adoptée en juin 2019 à l’Assemblée nationale du Québec, qui est controversée .

La bataille judiciaire pourrait être longue et se rendre devant la Cour suprême du Canada, croit M. Bowman.

La loi 21, elle est tellement indéfendable. C’est contraire à ce que nous chérissons, nous les Canadiens, à la Charte des droits et libertés. Je pense qu’il est temps que les gouvernements à travers le Canada se mobilisent et démontrent leur soutien à la cause, a lancé le maire de Winnipeg lors d’une conférence de presse, jeudi à midi.

Un homme porte une kippa lors d'une manifestation.

Un homme portait une kippa lors d’une manifestation contre le projet de loi 21 qui avait lieu le 14 avril 2019 à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La loi québécoise interdit aux enseignants, aux juges, aux policiers et aux fonctionnaires occupant des postes d’autorité de porter des symboles religieux ostentatoires, afin d’assurer le caractère laïque de l’État québécois.

Brian Bowman ajoute qu'il veut investir dans la contestation judiciaire pour démontrer une chose aux Winnipégois : Nous allons faire ce que nous pouvons pour défendre les droits de tous les Canadiens qui font face à discrimination, y compris ceux de notre ville.

Il indique que la question a été transmise au comité exécutif de la Ville, afin qu'elle ne revienne devant le conseil municipal en janvier.

M. Bowman explique que l’organisation du financement de 100 000 $ n'est pas encore déterminée.

La motion du maire a été appuyée par le conseiller de Transcona, Shawn Nason.

Mouvement pancanadien

M. Bowman répond ainsi à l’appel du maire de Brampton, Patrick Brown.

Mercredi après-midi, il a convaincu son conseil municipal d’adopter une motion qui permet l’utilisation de 100 000 $ de fonds publics pour contribuer à la lutte judiciaire contre cette loi du Québec.

M. Brown appelle aussi les 100 plus grandes municipalités du Canada à lui emboîter le pas. Il a envoyé une lettre en ce sens à plusieurs maires du pays.

Outre Winnipeg, l’initiative obtient déjà l’appui du maire de Toronto, John Tory, et de la mairesse de Calgary, Jyoti Gondek.

La semaine dernière, une enseignante de Chelsea, au Québec, qui porte le hijab, a été réaffectée à des tâches administratives après avoir refusé de l’enlever. Cet événement a relancé la mobilisation contre la Loi sur la laïcité de l’État du gouvernement québécois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !