•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le péage du passage de Cobequid est aboli pour les Néo-Écossais

Chargement de l’image

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse vient d'abolir le péage du passage de Cobequid pour les véhicules immatriculés dans la province.

Photo : Google

Radio-Canada

Les Néo-Écossais n’ont plus à payer le péage routier du passage de Cobequid, annonce le gouvernement provincial.

L’abolition du péage dans le cas des véhicules immatriculés en Nouvelle-Écosse est entrée en vigueur jeudi à 11 h.

Le premier ministre Tim Houston, cité dans un communiqué, affirme que son gouvernement a tenu sa promesse.

Il ajoute que le péage reste en vigueur pour tous les autres véhicules afin de financer l’entretien de l’autoroute.

Environ 50 % des automobiles et 70 % des camions qui circulent sur cette section de l’autoroute 104 entre Masstown et Thomson Station ne sont pas immatriculés en Nouvelle-Écosse, selon le ministère des Travaux publics.

Avant la pandémie, la moyenne à cet endroit était de 7600 automobiles et de 2100 camions par jour.

Aucune augmentation du péage pour les visiteurs n’est prévue pour le moment. Le péage actuel, établi en 2004, s’élève à 4 $ pour les automobiles et à 24 $ au maximum pour les camions-remorques et les autocars.

Le passage de Cobequid, ouvert en 1997, a remplacé l’ancienne autoroute 104 qui passait par la vallée de Wentworth. Cette dernière était surnommée vallée de la mort en raison du nombre d’accidents qui s’y produisaient. Le gouvernement libéral à l’époque a expliqué que la sécurité était un facteur déterminant ayant mené à sa décision de conclure un partenariat avec le secteur privé pour construire une route plus sécuritaire.

Les travaux de construction ont coûté près de 113 millions de dollars et ils se sont poursuivis pendant 20 mois.

D’après un reportage de Jean Laroche, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !