•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’OTAN rejette l’exigence de Moscou de renoncer à l’adhésion de Kiev

Volodymyr Zelensky et Jens Stoltenberg.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Photo : Getty Images / JOHN THYS

Agence France-Presse

L'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a opposé jeudi une fin de non-recevoir à Moscou sur l'exigence de renoncer à l'adhésion de l'Ukraine et a insisté sur l'importance de son partenariat avec Kiev.

Nous ne ferons aucun compromis sur le droit de l'Ukraine à choisir sa propre voie, nous ne ferons aucun compromis sur le droit de l'OTAN à protéger et à défendre tous les alliés et nous ne ferons aucun compromis sur le fait que l'OTAN a un partenariat avec l'Ukraine, a affirmé le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg après une rencontre avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky au siège de l'Alliance à Bruxelles.

« Depuis 2014, depuis le début de la guerre, la Russie a poussé l'Ukraine vers l'OTAN et aujourd'hui elle est en train de paver le chemin difficile de son adhésion. »

— Une citation de  Volodymyr Zelensky, président ukrainien

La Russie est actuellement soupçonnée en Occident de préparer une nouvelle invasion de l'Ukraine et de déployer des forces considérables à leur frontière commune.

La Russie a remis mercredi une liste de propositions sur les garanties juridiques réclamées aux Alliés à la secrétaire d'État adjointe américaine chargée de l'Europe, Karen Donfried, lors de son déplacement à Moscou.

Mme Donfield est arrivée jeudi à Bruxelles pour présenter ces propositions à l'OTAN au cours d'une réunion avec les ambassadeurs des États membres, a-t-on appris de sources diplomatiques à l'OTAN.

L'adhésion a été promise à l'Ukraine et à la Géorgie lors du sommet de l'OTAN à Bucarest en 2008, malgré les mises en garde de la France et de l'Allemagne. Mais l'entrée d'un nouveau membre doit être approuvée à l'unanimité, a rappelé Jens Stoltenberg.

Alliance défensive, l'OTAN n'est pas intervenue lors de l'intervention militaire de la Russie en Géorgie en 2008 ni lors de l'annexion de la Crimée en 2014. L'article 5 ne vaut que pour les membres, pas pour les pays partenaires, expliquent les Alliés.

Le président ukrainien est conscient de cette règle. Si notre armée échoue, cela aura des conséquences pour tous les membres de l'OTAN, parce que l'Ukraine est un avant-poste, a-t-il souligné.

Volodymyr Zelensky n'a pas caché sa déception après avoir rencontré mercredi les dirigeants de l'UE, dont 21 sont membres de l'OTAN.

Beaucoup de dirigeants européens ne comprennent généralement pas ce qui se passe à nos frontières, a-t-il déploré après avoir réclamé en vain l'adoption de sanctions préventives contre Moscou.

Les dirigeants de l'UE réunis en sommet à Bruxelles jeudi vont discuter de différentes options pour réagir à une éventuelle nouvelle intervention militaire russe en Ukraine. Ils vont également renouveler les sanctions économiques déjà en vigueur depuis 2014.

Des sanctions sont déjà en vigueur et nous sommes prêts à en ajouter d'autres si nécessaire, a assuré mercredi soir Charles Michel, le président du Conseil européen.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !