•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

bell hooks, autrice féministe d’avant-garde, est morte

Portrait d'une femme souriante devant un bouquet de fleurs.

bell hooks

Photo : William Morrow Publishers

Associated Press

L’écrivaine, philosophe, professeure et militante bell hooks, connue pour ses recherches sur les corrélations entre origines, genre, économie et politique, est morte mercredi à l’âge de 69 ans.

Sa famille a confirmé la nouvelle dans une déclaration diffusée par la maison d’édition William Morrow Publishers. bell hooks, née Gloria Jean Watkins, s’est éteinte dans sa résidence de Berea, dans le Kentucky.

C'était une géante posée et pragmatique, qui vivait selon ses propres règles et qui ne craignait pas de prôner sa vision des choses à une époque où les personnes noires, et les femmes en particulier, ne se sentait pas habilitées à le faire, a déclaré Linda Strong-Leek, une amie et ancienne rectrice de Berea College, un établissement d'enseignement supérieur où un institut porte le nom de bell hooks.

Cela a été un privilège de la connaître, et le monde est un endroit diminué aujourd'hui parce qu'elle est partie. Il n’y aura jamais d’autres bell hooks.

À partir des années 1970, bell hooks a publié des dizaines de livres qui ont contribué à façonner le discours universitaire. Ses œuvres marquantes comprennent Ne suis-je pas une femme? Femmes noires et féminisme (Ain't I a Woman? Black Women and Feminism) et De la marge au centre : théorie féministe (Feminist Theory: From Margin to Center).

Parmi ses maximes les plus célèbres, on trouve sa définition du féminisme, qu'elle a appelé un mouvement pour mettre fin au sexisme, à l'exploitation sexiste et à l’oppression.

Influencée par Martin Luther King

Née en 1952 dans la ville ségréguée de Hopkinsville, dans le Kentucky, bell hooks a développé l’amour de la lecture dès son plus jeune âge. En 1973, elle a obtenu un baccalauréat en études anglaises de l’Université de Stanford, puis une maîtrise dans la même discipline de l’Université du Wisconsin, où elle a commencé à rédiger Ne suis-je pas une femme?.

Dans sa jeunesse, ses influences littéraires et politiques étaient James Baldwin, Sojourner Truth et Martin Luther King fils.

Martin Luther King m’a appris l’importance d’une communauté bien-aimée, a-t-elle indiqué dans une entrevue en 2012.

Il était particulièrement conscient que les personnes impliquées dans des institutions oppressives ne changeront pas leurs pratiques de domination sans engagement avec ceux et celles qui s'efforcent de trouver une meilleure voie.

Analyse des stéréotypes

L'autrice a consacré une bonne partie de ses recherches sur l’influence des stéréotypes dans de nombreux pans de l’expérience humaine, que ce soit le cinéma ou l’amour. Dans son ouvrage All About Love, elle affirme qu’une bonne partie de ce qu'on nous a appris sur la nature de l'amour n'a pas de sens quand on l'applique dans la vie quotidienne.

bell hooks a travaillé dans plusieurs établissements d’enseignement supérieur, dont l’Université Yale, dans le Connecticut, Oberlin College, en Ohio, et le City College of New York. Elle a ensuite joint les rangs du Berea College, en 2004, et y a fondé une décennie plus tard le bell hooks center, au sein duquel de nombreuses expressions de la différence peuvent prospérer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !