•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voitures électriques : Ottawa entend accélérer l’installation des bornes de recharge

Une borne de recharge pour voitures électriques à Toronto.

Une borne de recharge pour voitures électriques à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Oliver Walters/CBC

La Presse canadienne

À l'heure où le nombre de véhicules est appelé à augmenter rapidement sur nos routes, force est de constater que le réseau actuel de bornes de recharge ne pourra bientôt plus suffire à la demande s'il n'est pas rapidement développé. Un défi que le ministre de l'Environnement, Steven Guilbeault, se dit prêt à relever.

Lorsque Wilf Steimle fait le trajet de 600 kilomètres depuis son domicile près de Barrie, en Ontario, pour se rendre à des réunions de conseil d'administration à Montréal, il peut s'y rendre en moins de sept heures avec trois arrêts de 12 minutes pour recharger sa voiture électrique.

Entre la région du Grand Toronto et Montréal, il existe au moins une quarantaine de bornes de recharge haute vitesse. La plupart d'entre elles sont capables de recharger entre deux et quatre véhicules à la fois.

Mais M. Steimle, président de l'Electric Vehicle Society, a déclaré que c'était loin d'être suffisant.

D'ici 2030, le gouvernement fédéral veut que la moitié de toutes les voitures neuves vendues soient des véhicules à zéro émission. Il veut atteindre 100 % d'ici 2035. En 2020, seulement 3,5 % des véhicules neufs étaient électriques ou hybrides.

Disponibilité et rapidité

M. Steimle estime que pour persuader les Canadiens de faire le changement, il faut les convaincre qu'il y aura une borne de recharge disponible quand ils en auront besoin et que cela ne retardera pas leurs déplacements sur la route.

Des études en Europe et, lentement, les débuts d'études en Amérique du Nord (indiquent que) les propriétaires de véhicules électriques disent constamment que l'autonomie n'a pas d'importance, a déclaré M. Steimle à La Presse canadienne. Ce qui les intéresse, c'est un accès fiable à une charge rapide.

Ressources naturelles Canada a recensé plus de 15 000 bornes de recharge de véhicules électriques accessibles au public dans 6800 emplacements à l'échelle du pays.

Environ 3000 de ces bornes sont à courant continu rapide, ce qui signifie qu'elles peuvent généralement ajouter entre 250 et 300 kilomètres d'autonomie de batterie en une heure.

Les autres sont de niveau 2, capables d'ajouter environ 30 kilomètres d'autonomie en une heure.

Pour le Canadien moyen, qui conduit moins de 50 kilomètres par jour, les bornes de recharge de niveau 2 sont plus que suffisantes. La plupart des gens pourraient compter presque entièrement sur une recharge faite à la maison pendant la nuit.

Répartition inégale

Deux bornes

La vaste majorité des bornes de recharge se concentrent actuellement en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pour les Canadiens des régions rurales, ceux qui effectuent des trajets routiers plus longs, les chauffeurs-livreurs urbains, les taxis et autres, les recharges rapides sont la seule option réaliste. Mais le réseau de bornes est très inégal.

Près de 85 % des bornes de recharge rapide accessibles au public se trouvent au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique.

Plus de 90 % des bornes de niveau 2 accessibles au public se trouvent dans ces trois provinces.

Cara Clairman, présidente du groupe militant en faveur des véhicules électriques Plug'n Drive, a déclaré qu'il s'agissait d'un problème de la poule ou de l'œuf. Il n'y a pas de demande pour construire des bornes dans des endroits où il n'y a pas assez de voitures qui vont les utiliser.

Plus de 204 000 voitures électriques et hybrides ont été immatriculées au Canada depuis 2011. À l'exception de 8000, toutes se trouvaient au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique.

« Le corridor Montréal-Toronto accueille tellement de voitures et il y a donc une demande pour les bornes de recharge. C'est pourquoi nous avons besoin d'un financement gouvernemental. »

— Une citation de  Cara Clairman, présidente du groupe Plug'n Drive

Les gouvernements provinciaux ont divers incitatifs pour aider les conducteurs à installer des bornes à la maison. Quelques-uns proposent également des incitatifs pour l'installation de bornes publiques.

Hydro One et Ontario Power Generation viennent d'annoncer qu'ils ajouteront de nouvelles bornes publiques aux aires de repos sur les autoroutes connues sous le nom de ONRoute, 20 des 23 aires de ravitaillement devant être équipées d'ici la fin de l'année prochaine.

Depuis 2016, Ottawa a dépensé près de 200 millions de dollars pour installer plus de 17 000 nouvelles bornes de recharge. Plusieurs sont encore en construction et près de 180 millions de dollars sont prévus pour doubler leur nombre au cours des trois prochaines années.

Certains d'entre eux sont publics, mais d'autres se trouvent également dans des immeubles d'appartements et des immeubles en copropriété.

700 millions de plus d'Ottawa

Steven Guilbeault en conférence de presse devant des bornes de recharge du stationnement du Cosmodôme de Laval.

Le ministre de l'Environnement du Canada, Steven Guilbeault estime qu'il sera tout à fait possible de doter le pays d'un réseau efficace de bornes de recharge.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Les libéraux ont promis 700 millions de dollars supplémentaires pendant la campagne électorale pour construire 50 000 bornes supplémentaires, mais n'ont pas encore précisé comment cet argent sera alloué.

Quatre-vingt-deux pour cent des nouvelles bornes financées à ce jour se trouvent également en Colombie-Britannique, au Québec et en Ontario, ce qui est légèrement supérieur à la part de la population de 75 % que représentent ensemble ces provinces.

Bien que le trajet de M. Steimle entre la région du Grand Toronto et Montréal offre de nombreuses options pour s'arrêter à une borne de recharge rapide, il n'en va pas de même pour les autres trajets routiers. Un trajet similaire de 600 kilomètres entre Winnipeg et Regina n'offre que six options de bornes rapides le long de la route transcanadienne.

Le ministre de l'Environnement Steven Guilbeault a déclaré dans une récente entrevue avec La Presse canadienne qu'il est bien conscient de l'existence des déserts de bornes de recharge.

M. Guilbeault, qui n'a jamais possédé de voiture personnelle, utilise une Chevrolet Bolt électrique comme véhicule ministériel. La chauffeuse de M. Guilbeault a planifié les itinéraires et le calendrier des déplacements fréquents entre le domicile du ministre à Montréal et la colline du Parlement à Ottawa, en fonction de l'endroit où elle pourrait trouver une borne de recharge rapide pour faire le plein.

M. Guilbeault a déclaré que résoudre le problème des bornes de recharge n'était pas sorcier.

« Notre objectif est d'augmenter considérablement le réseau à travers le pays afin que, dans un avenir très proche, cela ne soit plus un problème. Franchement, nous n'envoyons personne sur la Lune, c'est un problème technique très simple. »

— Une citation de  Steven Guilbeault, ministre de l'Environnement du Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !