•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jardin d’hiver dans un abri Tempo

Une abri Tempo transformé en serre agricole.

Une serre expérimentale dans le quartier Centre-Sud de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Les abris hivernaux pour les voitures sont plutôt rares dans le quartier Centre-Sud à Montréal. Mais trois d'entre eux sont apparus cet automne, dans la rue Dufresne, au nord de la rue Ontario. À l'intérieur, dans un climat humide et froid, radis, choux et épinards poussent lentement dans de grands bacs circulaires.

On permet les abris Tempo un peu partout en hiver, mais pourrait-on permettre les serres?, revendique Jean-Philippe Vermette, directeur de l'intervention et des politiques publiques au Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AU/LAB), en nous faisant visiter ce jardin d'hiver.

L'idée de transformer des abris temporaires en serres urbaines avait plutôt germé dans le quartier Rosemont, l'hiver dernier. AU/LAB et l'organisme Solon cherchaient des résidents de Rosemont qui accepteraient d'abandonner leur véhicule et leur abri.

En échange, on proposait à ces volontaires un abonnement à Communauto et des titres de transport collectif, ainsi qu'un coup de main pour transformer l'abri en serre et y faire pousser des légumes. L'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie avait même autorisé l'installation de serres sur la cour avant dans sa politique d'agriculture urbaine.

Malheureusement, personne ne s'est porté volontaire. L'équipe d'AU/LAB s'est donc tournée vers la petite rue Dufresne, dans le quartier Sainte-Marie, que les jardiniers du Carrefour alimentaire Centre-Sud avaient transformée en jardin public à l'été 2020.

Des plantes qui aiment le froid

On a sélectionné des verdures qui tolèrent bien le froid, explique Sylvie Chamberland, codirectrice générale du Carrefour alimentaire Centre-Sud en montrant les pousses de mesclun, de kale et de bok choy. Ces cultures hivernales seront encore meilleures après avoir pris un coup de froid.

Nos épinards qu'on trouve en épicerie, ça ne goûte rien, explique Jean-Philippe Vermette. Après avoir eu un premier gel, l'eau va cristalliser dans la feuille et rendre l'épinard hyper sucré.

Après un mois de culture automnale, quelques bok choys ont déjà été récoltés. Mais pas de quoi nourrir le quartier! L'objectif du projet est plutôt de mener des expériences en agriculture urbaine, tout en sensibilisant la population à des enjeux comme la place de la voiture dans nos rues et la provenance des fruits et légumes en plein hiver.

Des légumes à l'intérieur d'une serre

L'intérieur de la serre expérimentale

Photo : Radio-Canada / Antoine-Philippe Saulnier

Permettre à des citoyens de cultiver des légumes le plus facilement possible, en utilisant le moins de ressources possible, expose Jean-Philippe Vermette.

« On va faire une série de visites avec les CPE, les écoles, les organismes du quartier pour amener la population à réfléchir au système alimentaire durable. »

— Une citation de  Sylvie Chamberland

L'agence Sid Lee inspirée par le projet

Comment permettre aux passants de comprendre ce qui se passe à l'intérieur des serres tout en gardant celles-ci fermées? C'est le défi que s'est donné l'agence de design et d'architecture Sid Lee, qui a offert d'animer le lieu et d'habiller les serres.

On le voit un peu comme une expérience muséale, indique Marie-Elaine Benoit, directrice de création chez Sid Lee. L'agence propose de créer des éléments d'affichage et du mobilier urbain à partir de matériaux récupérés, en l'occurrence des panneaux routiers, de la même façon que les serres sont elles-mêmes construites à partir de structures d'abris Tempo.

Reprendre ce déchet-là et l'utiliser comme matière pour communiquer, et amener une circularité dans notre communication, explique-t-elle.

Le processus de création n'est pas encore terminé, précise Mme Benoit. Le tout sera dévoilé en janvier 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !