•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non-respect des mesures sanitaires au Casino du Lac-Leamy à Gatineau

Des gens sans masque sont rassemblés et dansent. L'image est brouillée pour éviter d'identifier les clients.

Des gens sans masque sont rassemblés sur la piste de danse du Casino du Lac-Leamy.

Photo : Radio-Canada

Les règles sanitaires ne sont pas entièrement appliquées au Casino du Lac-Leamy, à Gatineau, selon une enquête de Radio-Canada. Le non-respect du port du masque sur la piste de danse et lors des déplacements a été constaté lors de deux soirées distinctes.

Une infirmière auxiliaire à l’Hôpital de Hull a d’abord fait cette constatation lors d’une visite dans la maison de jeu, il y a deux semaines. Linda Dumouchel s’est dite attristée par la situation.

Linda Dumouchel s’est rendue au Casino du Lac-Leamy pour profiter d’une première sortie en près de deux ans. Après s’être réjouie de la vérification des preuves vaccinales à l’entrée, elle a rapidement constaté une perte de contrôle des consignes sanitaires, particulièrement le port du masque.

Les gens festoyaient comme avant la COVID, raconte-t-elle.

« On ne respecte plus les mesures sanitaires. Ça veut dire que je vais encore avoir des clients, et ce n’est pas ce que je veux. »

— Une citation de  Linda Dumouchel, infirmière auxiliaire à l’urgence de Hull

Des images captées au Casino du Lac-Leamy le 11 décembre 2021.

Afin de valider ces informations, la fin de semaine dernière, une équipe de Radio-Canada s’est rendue sur place et a fait les mêmes constats. Sur une période d’environ deux heures, de nombreux individus ont été observés sans masque au visage ni au cou, dansant et discutant gaiement sur la piste de danse. Plusieurs d’entre eux n’avaient pas de verre à la main, ce qui aurait pu justifier un retrait temporaire du masque.

Lors de cette période, seul le groupe de musique a fait un rappel au public de porter son masque, auquel il n’y a pas eu de suite. Radio-Canada n’a été témoin d’aucune intervention de la part du personnel de l’établissement demandant aux clients de remettre leur masque.

Plus de vérifications

Questionnée sur la situation, Loto-Québec répond qu’elle entend faire respecter l’ensemble des règles sanitaires.

Un porte-parole a répondu dans une déclaration écrite que la société d’État comptait procéder à des vérifications.

Des rappels supplémentaires seront effectués auprès de nos employés et de la clientèle, ajoute le porte-parole, Renaud Dugas, par courriel.

L’établissement n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue formelle.

Pour sa part, l’infirmière auxiliaire Dumouchel dit se sentir trahie par son employeur, le gouvernement provincial, de qui relève Loto-Québec.

Linda Dumouchel

Linda Dumouchel, infirmière auxiliaire à l'urgence de Hull

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Mme Dumouchel souhaite que les règles sanitaires soient respectées afin d’éviter un nouveau confinement et l’engorgement du système de santé.

Il faut que les gens comprennent : le personnel est hyper saturé, lance l’infirmière auxiliaire. Il faudrait aussi que les gens qui ont des bars comprennent qu’il y a des gens qui vont tomber malades, et des gens vont mourir.

Neuf interventions du SPVG

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) est intervenu à neuf reprises au Casino du Lac-Leamy depuis l’assouplissement des mesures permettant de danser et de rester debout dans les bars, les restaurants et les casinos, le 15 novembre.

Ces interventions étaient toutes en lien avec de faux passeports vaccinaux et font maintenant l’objet d’enquêtes.

Le SPVG n’a reçu aucune plainte et n’a fait aucune intervention dans l’établissement concernant les mesures sanitaires au cours de la même période.

D’autres établissements de la région auraient aussi du mal à faire respecter le port du masque et la distanciation physique. Les policiers de Gatineau sont intervenus à neuf reprises dans des bars et restaurants depuis la mise en place d’interventions policières accrues, le 10 décembre.

Fatigue générale

Selon l’épidémiologiste et médecin de famille, Lise Bjerre, ces comportements ne sont pas surprenants après plus de 20 mois en pandémie.

C’est clair que tout le monde est fatigué et tanné, mais ça ne change pas le fait que, particulièrement maintenant, avec l’arrivée du variant Omicron, on ne peut absolument pas relâcher nos gardes, exprime la titulaire de la Chaire de recherche en médecine familiale de l’Université d’Ottawa et de l’Institut du savoir Montfort.

La médecin ajoute que le port du masque devient particulièrement difficile à imposer dans certaines circonstances où les clients sont debout, comme sur les pistes de danse et lors des spectacles.

« Si on ne fait pas très attention, ce qui risque d’arriver c’est tout simplement une fermeture complète [des établissements]. »

— Une citation de  Dre Lise Bjerre, épidémiologiste et médecin de famille

Elle rappelle que la protection vaccinale contre la COVID-19 commence à s’estomper avant six mois et qu’il est trop tôt pour dire si celle-ci est efficace contre le variant Omicron.

En collaboration avec Marie-Jeanne Dubreuil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !