•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le variant Omicron responsable de 44 cas de COVID-19 en Colombie-Britannique

La médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry.

Les autorités ont confirmé 1129 nouveaux cas de COVID-19 en Colombie-Britannique au cours de la fin de semaine.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Les autorités sanitaires ont confirmé que 44 cas du variant Omicron du coronavirus ont été détectés en Colombie-Britannique en date du 12 décembre, mais que personne n’est actuellement hospitalisé.

Lors d’un point de presse mardi, les autorités ont précisé que 24 cas sont enregistrés dans la région de santé du Fraser, 11 dans celle de Vancouver Coastal, 5 sur l'île de Vancouver, 3 dans l’Intérieur et 1 cas dans la région de santé du Nord.

Cependant, le nombre de personnes touchées par le variant Omicron pourrait augmenter dans la régie de santé de l'île de Vancouver après les éclosions survenues à l'Université de Victoria lundi, où quatre cas ont été confirmés, et dans le nord de l'île à la suite d’un rassemblement religieux.

Les personnes infectées par le variant Omicron se situent dans une tranche d'âge de 5 à 72 ans, et l’âge médian est de 33 ans.

Parmi ces 44 personnes, 7 ne sont pas vaccinés, dont 2 enfants de moins de 11 ans, et 20 ont des antécédents de voyage récent au Nigeria, en Afrique du Sud, au Zimbabwe, en Égypte, en Iran, au Mexique, en Allemagne, au Portugal et aux États-Unis.

Selon Bonnie Henry, la médecin hygiéniste en chef, il y a encore beaucoup d'incertitudes quant à la façon dont le variant omicron affectera les cas et les taux d'hospitalisation en Colombie-Britannique, car plusieurs inconnues importantes subsistent.

On s'accorde à dire qu'il se propage plus rapidement que le Delta, mais il est difficile de savoir dans quelle mesure, a-t-elle déclaré. Ce que nous savons, c'est que si les cas augmentent, le pourcentage de personnes nécessitant des soins hospitaliers augmentera.

La docteure Henry met l’accent sur le fait que les personnes sont plus susceptibles d'être réinfectées avec le variant Omicron qu'avec le variant Delta. Cela a été clairement démontré en Afrique du Sud, a-t-elle précisé.

« Maintenant plus que jamais, nous devons tenir la ligne. »

— Une citation de  Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Face à ces incertitudes, les responsables de la santé provinciale réaffirment la nécessité d'observer les gestes qui freinent la transmission, de se faire vacciner et de s'assurer de recevoir une dose de rappel six mois après sa dernière injection.

Pour cela, ils se sont réjouis que 500 pharmacies prennent part à la campagne de vaccination de rappel à travers la province. Selon Adrian Dix, le ministre de la Santé, il devrait y en avoir plus de 1000 d'ici la fin du mois de janvier.

Trois scénarios autour du variant Omicron

Pour Caroline Colijn, professeure de mathématiques à l'Université Simon Fraser et titulaire à la chaire de recherche sur la modélisation de la COVID-19 au Canada, les troisièmes doses ne sont pas la solution contre le variant Omicron.

La vitesse de transmission est supérieure, et nous ne pourrons pas vacciner tous les adultes de la Colombie-Britannique cette semaine avec une dose supplémentaire, précise-t-elle, avant de nuancer : Ce n’est pas une façon de gagner la course, mais cela reste quand même très important.

Pour l’heure, trois scénarios qui ne tiennent pas compte des rappels qui auront un impact sur la gravité et la transmission sont retenus.

Dans un premier scénario, la transmission serait multipliée par 1,5 à 3 par rapport au variant Delta, dans un second l'évasion immunitaire de la transmission est de 30 à 60 %, et le dernier fait état d’une combinaison de transmission accrue et d'évasion immunitaire.

Les autorités envisagent également un scénario d'évasion immunitaire avec la même sévérité que le variant Delta. Elles considèrent en outre que le potentiel d'Omicron est moins grave, avec une réduction du risque de 0,2 à 0,8.

Même si la gravité est un peu plus faible, le nombre de cas très élevés va poser un problème pour le système de santé, probablement en janvier, estime Mme Colijn.

Vers des restrictions nationales?

Selon des informations de CBC/Radio-Canada, des conversations de haut niveau ont lieu au sujet de la mise en œuvre de plus de restrictions de voyage, à la lumière du nombre croissant de cas de COVID-19 dans le pays.

Ces discussions pourraient prendre place lors de la réunion qui se tient ce mardi après-midi entre le premier ministre Justin Trudeau et ses homologues provinciaux et territoriaux, après que Theresa Tam, l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, a déclaré que le variant omicron présentait un grand potentiel de propagation.

Selon elle, la situation au Canada accusait quelques jours ou peut-être une semaine de retard sur le Royaume-Uni, où le premier ministre britannique, Boris Johnson, a déclaré que le nombre de cas doublait tous les deux ou trois jours à mesure que le variant s'installait.

Le problème avec l'Omicron est qu'il se transmet très rapidement et qu'il se transmet bien parmi les personnes vaccinées, ce qui signifie que nous assistons à une montée en flèche des cas là où l'omicron est établi, pays après pays, confirme Sally Otto, experte en modélisation et professeur de biologie évolutive à l'Université de la Colombie-Britannique.

Les responsables de la santé de la province ont par ailleurs confirmé mardi que tous les nouveaux cas font désormais l’objet d’un séquençage en laboratoire, et s'attendent à ce que d'autres cas dus au variant Omicron soient identifiés à mesure que ce travail se poursuit.

M. Dix a aussi confirmé que 1129 nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés le week-end dernier et que 185 personnes étaient hospitalisées lundi, dont 72 en soins intensifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !