•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Menacée de dissolution, l’ONG Memorial rejette les accusations de la justice russe

Un homme tient une pile de dossiers dans ses bras sous le regard d'un policier.

Un employé de l'ONG Memorial transporte des dossiers à l'entrée de la Cour suprême russe qui entend la cause.

Photo : afp via getty images / DIMITAR DILKOFF

Agence France-Presse

La Cour suprême de Russie a renvoyé mardi à la fin décembre le procès sur une demande de dissolution de l'emblématique ONG Memorial, après une nouvelle audience au cours de laquelle accusation et défense se sont rendu coup pour coup.

Pilier de la société civile, Memorial s'est imposée comme un inlassable défenseur des droits de l'homme en Russie et le gardien de la mémoire du Goulag, mais ce symbole de la démocratisation postsoviétique est plus menacé que jamais.

La justice russe réclame en effet l'interdiction de Memorial International, qui coordonne le travail du réseau de cette ONG à travers la Russie, l'accusant d'avoir enfreint une loi controversée sur les agents de l'étranger.

Cette affaire s'inscrit dans un contexte de répression croissante contre les voix critiques du pouvoir russe, avec la fermeture de médias indépendants et d'ONG et le démantèlement du mouvement de l'opposant emprisonné Alexeï Navalny.

Mardi, plusieurs dizaines de personnes ont bravé les températures très basses et le risque d'une arrestation pour exprimer devant le tribunal leur soutien à Memorial, selon un journaliste de l'AFP.

Deux participants à ce rassemblement, dont un homme qui brandissait une pancarte Pas touche à Memorial, ont d'ailleurs été interpellés, selon l'ONG.

Agent étranger

L'organisation est qualifiée d'agent de l'étranger par les autorités et doit, en plus de s'acquitter de fastidieuses démarches administratives, faire figurer ce statut dans chacune de ses publications, y compris sur les réseaux sociaux.

Au cours de la deuxième audience dans ce procès qui s'est ouvert fin novembre, les procureurs ont reproché à Memorial de n'avoir pas mentionné ce statut dans toutes ses publications sur les réseaux sociaux ou alors de l'avoir fait incorrectement.

Il est nécessaire d'écrire que Memorial "remplit la fonction d'agent de l'étranger". Or, Memorial ne fait que dire qu'elle "figure dans le registre des agents de l'étranger", a ainsi ergoté une procureure.

Aucune loi ne précise ce qui doit être étiqueté, ni de quelle manière, a rétorqué une avocate de Memorial, Maria Eismont, ajoutant que l'ONG avait consciencieusement essayé de suivre les règles.

Documents de l'ONG Memorial.

Le sort de l'ONG Memorial est entre les mains de la Cour suprême russe.

Photo : Radio-Canada / Tamara Alteresco

À l'issue de ce dialogue de sourds, la juge Alla Nazarova, qui a longuement lu les dizaines de procès-verbaux dressés contre Memorial, a suspendu le procès et fixé sa reprise au 28 décembre.

La menace d'interdiction de Memorial a suscité de nombreuses critiques à l'étranger, où l'ONG jouit d'un grand prestige.

Créée en 1989 par des dissidents soviétiques, dont le Prix Nobel de la paix Andreï Sakharov, cette organisation a commencé par méticuleusement documenter les crimes staliniens et les camps du goulag, avant de se lancer dans la défense des droits de la personne et des prisonniers politiques.

Cette ONG a également enquêté sur les exactions russes pendant les guerres en Tchétchénie et, plus récemment, sur les paramilitaires du groupe Wagner, considéré malgré les dénégations russes comme un bras armé de Moscou à l'étranger.

Il est nécessaire de préserver Memorial afin de bien comprendre [...] ce que nos parents ont vécu et là où nous ne devons pas retourner, a dit à l'AFP Vladimir Ananitch, un médecin et éditeur allé soutenir l'ONG devant le tribunal.

« Les responsables au pouvoir ne veulent pas que nous réfléchissions à ce qui est en train de se passer dans notre pays [...] Ils sont les héritiers de Staline. »

— Une citation de  Vladimir Ananitch, médecin et éditeur

En cas de dissolution, les avocats de l'ONG ne pourront pas faire appel de la décision de la Cour suprême devant d'autres tribunaux russes et redoutent que les jeux ne soient déjà faits.

Jeudi, le président Vladimir Poutine, tout en disant considérer Memorial avec respect, a accusé l'ONG de défendre aussi des extrémistes et d'avoir classé à tort des collaborateurs des nazis en tant que victimes des répressions staliniennes.

Dans une autre procédure, le parquet de Moscou exige la dissolution du Centre de défense des droits de l'homme de Memorial, une entité qui soutient les prisonniers politiques, les migrants et les minorités sexuelles.

Nombre d'ONG et d'historiens estiment que les poursuites contre Memorial illustrent la volonté du Kremlin de défendre une interprétation historique exaltant la puissance russe et minimisant les crimes soviétiques.

Les responsables de l'ONG craignent qu'une dissolution de sa structure centrale ne complique fortement le fonctionnement de son réseau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !