•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pressions pour plus de tests rapides face à la montée du variant Omicron en C.-B.

Quatre cas du variant Omicron ont été détectés à l’Université de Victoria lundi. Les examens ne sont plus en présentiel.

Des personnes dans la rue portant un masque.

La Colombie-Britannique comptait 10 cas avérés liés au variant Omicron en date du 10 décembre, au matin.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms / CBC

Pour contrer la multiplication des cas du variant Omicron en Colombie-Britannique, des groupes demandent au gouvernement de démocratiser l'accès aux tests de dépistage rapide de la COVID-19.

Mardi matin, une pétition exigeant des tests gratuits pour tous les Britanno-Colombiens lancée par COVID Test Finders, un groupe réclamant le partage des méthodes d’accès aux tests rapides au Canada, avait recueilli plus de 13 000 signatures.

Cette pétition est appuyée par Protect Our Province B.C., un regroupement de médecins et d'autres professionnels de la santé qui ont exprimé leurs inquiétudes quant à la façon dont les politiques de santé sont créées et mises en œuvre en Colombie-Britannique. Ce groupe milite pour une vaste distribution des tests rapides depuis le 3 novembre.

À l'heure actuelle, le seul moyen pour le grand public d'accéder aux tests antigéniques rapides en Colombie-Britannique est de les acheter en ligne, alors qu'ils sont offerts plus largement dans d'autres provinces.

Multiplication des cas associés au variant Omicron

Le variant Omicron du SRAS-CoV-2 inquiète les scientifiques et les agences gouvernementales. Il semble se propager plus vite que le variant Delta, et des cas de transmission communautaire ont été récemment détectés au Canada.

Même si les gouvernements fédéral et provinciaux s’accordent sur la dangerosité de ce variant, tous n’utilisent pas les mêmes outils pour le combattre. En Colombie-Britannique, les tests rapides sont utilisés par le gouvernement de façon ciblée pour lutter contre des éclosions.

La régie de la santé Island Health a, par exemple, annoncé lundi l’acheminement de tests rapides pour lutter contre 124 cas de COVID-19 au sein de l’Université de Victoria (UVic), après des soirées hors campus. L'UVic a par ailleurs déplacé tous ses examens en ligne en réponse à ces contaminations.

Un test de dépistage rapide sur sa boîte. La lettre C signifie qu'il est négatif.

Les tests antigéniques rapides apportent un résultat plus rapide mais moins précis que les tests de type PCR.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Silberman / CBC News

« Au moins quatre des cas de COVID-19 liés à ce foyer de contagion » sont issus du variant Omicron, selon Island Health.

La Colombie-Britannique comptait 10 cas avérés liés au variant Omicron en date du 10 décembre.

Rectificatif : une version précédente de ce texte donnait un nombre incorrect de cas avérés. Le chiffre a été corrigé.

Le 7 décembre, la Dre Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, a répété qu'elle n'était pas en faveur d'un accès généralisé aux tests rapides. L'utilisation de tests rapides pour les [personnes] asymptomatiques, en particulier les personnes vaccinées, a un rendement très, très faible , a-t-elle ajouté.

La province compte 2949 cas actifs de COVID-19. En tout, 185 personnes sont hospitalisées, dont 72 aux soins intensifs, et 2386 personnes sont mortes de la maladie en Colombie-Britannique depuis le début de la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !