•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tourisme autochtone de l’Ontario se prépare pour un retour en force

Coucher de soleil au bord du lac après une expédition de canoë.

Le tourisme autochtone est à la fois expérientiel et immersif; il offre des expériences culturelles authentiques.

Photo : Gracieuseté Wikwemikong Tourism

Radio-Canada

Le tourisme autochtone en Ontario — une des expériences de voyage les plus prisées par les touristes nationaux et internationaux au pays — se prépare pour un retour en force après avoir été durement touché par la pandémie.

Un rapport réalisé par l’organisme Indigenous Tourism Ontario (ITO) publié vers la fin du mois de novembre dernier étudie en profondeur les différents impacts de la COVID-19 sur les entreprises touristiques autochtones.

L’objectif du rapport est de mieux cerner les besoins et d’établir un plan d’action pour la reprise économique.

En 2019, le secteur du tourisme autochtone en Ontario a généré un produit intérieur brut (produit intérieur brut) de plus de $ 600 millions de dollars.

Le produit intérieur brut est la valeur de l'activité économique produite dans un pays (ou dans ce cas, un secteur) en une année. Il inclut autant les biens que les services.

En raison de la pandémie, ce chiffre a chuté de près de la moitié en 2020 et 2021.

Un graphique montre un retour du PIB au niveau de 2019 d'ici 2023.

Le rapport est optimiste quant à l'avenir du secteur du tourisme autochtone en Ontario.

Photo : Rapport sur le tourisme autochtone en Ontario réalisé par Indigenous Tourism Ontario et MDB Insight

ITO demeure toutefois optimiste pour les deux prochaines années, et estime que le secteur va générer un produit intérieur brut croissant en 2022 et 2023, et revenir au PIB pré pandémie d’ici 2023.

Les entreprises touristiques autochtones les plus durement touchées par la pandémie sont celles des domaines des arts, de la culture et des excursions en plein air.

Ces entreprises signalent une perte de plus de 35 % de leurs revenus.

En contraste, le domaine de l’hôtellerie et de l’hébergement s’en est légèrement mieux sorti, avec une perte de moins de 30 % des revenus.

Priorités et obstacles

Les entrepreneurs autochtones ont également indiqué que les plus grandes priorités pour leurs entreprises seraient de faciliter l'accès aux programmes de rétablissement gouvernementaux et de tenir compte de leurs situations respectives lors de discussions sur ces programmes.

Certains ont souligné l'importance d’avoir accès à du capital pour pouvoir rester à flot dans des crises comme celle de la pandémie.

Des Autochtones en costumes traditionnels dansent devant le Manitoulin Island Hotel and Conference Centre à Little Current.

Un visiteur sur trois souhaite vivre une expérience autochtone, selon l’Association touristique autochtone du Canada.

Photo : Crédit Gracieuseté Tourisme Autochtone Canada / Tourisme Autochtone Ontario

Plusieurs facteurs ont limité la résilience des entrepreneurs : le manque de garderies, d’employés qualifiés, de transport et de logement au sein des communautés autochtones.

Les problèmes d’infrastructure, comme la connectivité Internet, ont posé un énorme défi pour les entreprises autochtones durant la pandémie, souligne le rapport.

Ces entrepreneurs demeurent toutefois optimistes.

« Il y a un énorme potentiel de croissance dans le tourisme éducatif, conçu pour les écoles et les voyageurs nationaux et internationaux. »

— Une citation de  Extrait d'un rapport de l’organisme Indigenous Tourism Ontario

Il y a eu un changement de mentalité chez les voyageurs canadiens, et une renaissance de l’intérêt pour l’histoire et la culture autochtone, conclut le rapport.

Le rapport utilise une méthodologie qualitative et quantitative. Sur les 224 entreprises dans le registre d’entrepreneurs autochtones dans le secteur, 109 ont été contactées, pour une marge d'erreur de +/- 9,4 % et un niveau de confiance de 95 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !