•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec va protéger le presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse

Le bâtiment historique devient donc admissible à des subventions pour assurer son avenir.

Un bâtiment blanc, dans un paysage enneigé.

Le presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse (archives)

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Victoire pour les défenseurs du presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse! Le gouvernement Legault a signé un avis d'intention de protéger le bâtiment historique qui ne cesse de se dégrader depuis des années.

Construit sous le régime français au 18e siècle, le presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse est l'un des plus anciens en Amérique du Nord. Des résidents du secteur se mobilisaient depuis longtemps afin qu'il soit classé patrimonial et donc protégé par le gouvernement du Québec en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Mme Roy en conférence de presse.

La ministre québécoise de la Culture et des Communications, Nathalie Roy (archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Un appel entendu par la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy.

 Au Québec, nous sommes privilégiés d'avoir de nombreux biens patrimoniaux d'exception, comme le presbytère et l'ensemble paroissial de Saint-Michel, qui ont contribué à forger notre identité culturelle. Notre gouvernement fait plus et fait mieux pour valoriser notre patrimoine bâti, mais la protection du patrimoine, c'est l'affaire de tous, a-t-elle expliqué lundi matin.

« La signature de l'avis d'intention de classement est un geste concret en ce sens et je souhaite que les municipalités et les partenaires privés mettent l'épaule à la roue en trouvant des projets pour occuper nos bâtiments patrimoniaux. »

— Une citation de  Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications

Craintes de démolition

Les militants qui souhaitent sauver le bâtiment craignaient qu'il soit laissé à l'abandon, dépérisse ou, pire, qu'il tombe éventuellement sous le pic des démolisseurs. Des rumeurs voulant que des projets immobiliers remplaceraient le presbytère ont même déjà circulé, au moment où l'administration de l'ex-maire de la municipalité, Éric Tessier, dépensait peu pour son entretien.

Le presbytère de Saint-Michel.

Le presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussières

Lorsqu'un immeuble est fait l'objet d'un avis de classement, il doit obligatoirement être traité comme s'il est classé, en vertu de la Loi.

L'intention du gouvernement oblige donc le propriétaire, c'est-à-dire la Municipalité de Saint-Michel-de-Bellechasse, à prendre les mesures nécessaires pour assurer la préservation de la valeur patrimoniale du presbytère.

« Tout propriétaire d’un bien patrimonial classé doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la préservation de la valeur patrimoniale de ce bien. »

— Une citation de  Article 26 de la Loi sur le patrimoine culturel

En contrepartie, la Municipalité devient cependant admissible à recevoir des subventions gouvernementales qui pourront notamment contribuer à ce que des projets impliquant le presbytère voient le jour.

Le maire très heureux

Connu pour ses positions favorables à la préservation du presbytère, le nouveau maire de Saint-Michel-de-Bellechasse, Stéphane Garneau, est extrêmement heureux de la tournure des événements.

Un plan rapproché de Stéphane Garneau, à l'extérieur, souriant, devant le presbytère.

Le maire de Saint-Michel-de-Bellechasse, Stéphane Garneau, lors de la campagne électorale de l'automne. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Ce jour doit être marqué d'une pierre blanche. C'est une partie de l'histoire du Québec, l'histoire d'un héritage, que nous consolidons aujourd'hui. Un héritage qui nous a été confié, qui nous survivra et qui est en ce sens une sorte de balise, présente et future, s'est-il réjoui.

Le maire espère créer un partenariat avec le gouvernement du Québec afin que sa Municipalité puisse recevoir les subventions dont elle a besoin pour se conformer aux exigences de l'article 26 et ainsi redonner au presbytère toutes ses lettres de noblesse.

Stéphane Garneau affirme que Saint-Michel-de-Bellechasse ne dispose pas, à elle seule, des ressources nécessaires pour assurer la préservation de ce joyau national.

C'est quand même difficile de notre côté de partir en grand avec des dépenses de cet ordre-là pour un bâtiment aussi grandiose et qui a besoin d'amour, fait-il valoir.

« Cette nouvelle nous permet de rassurer la population quant aux réalités financières d'une petite municipalité comme Saint-Michel-de-Bellechasse. »

— Une citation de  Stéphane Garneau, maire de Saint-Michel-de-Bellechasse

L'orgue et le bâton de bedeau aussi protégés

La ministre Nathalie Roy a également signé un avis d'intention de classement pour l'orgue de l'église de Saint-Michel, fabriqué en 1897 par le facteur Napoléon Déry, ainsi que pour le bâton de bedeau, qui a été conçu par l'orfèvre Laurent Amiot vers 1820.

Plan large d'une église dans un village, avec des feuilles aux couleurs d'automne dans les arbres.

L'église Saint-Michel-de-Bellechasse (archives)

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Avec la collaboration de Guylaine Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !