•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sherbrooke déboutée en appel dans la saga de Drag St-Élie

Une voiture sur la ligne de départ.

Une voiture sur la ligne de départ à Drag St-Élie (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le propriétaire du Complexe St-Élie Motorsport, Simon Homans, a obtenu encore une fois gain de cause contre la Ville de Sherbrooke. La Cour d’appel du Québec a rejeté la requête de la Ville qui contestait un jugement rendu par la Cour supérieure en 2019.

Le propriétaire du complexe St-Élie Motorsports, Simon Homans

Le propriétaire du complexe St-Élie Motorsports, Simon Homans

Photo : Radio-Canada

La Ville de Sherbrooke a été condamnée à verser plus de 117 000 $ plus les intérêts à Simon Homans. Ces sommes visent à le dédommager de ses frais d’avocats et des troubles qu'il a encourus à la suite de la saga judiciaire concernant la conformité de la piste d’accélération de Drag St-Élie.

L’avocat de Simon Homans, Me Justin Gravel, rappelle que la Ville avait été condamnée initialement en 2019, à la suite du rejet des recours des citoyens. L’appel a été rejeté sur la base que ces recours de citoyens n'auraient jamais pu être entrepris, n'eût été la faute initiale de la Ville de Sherbrooke, explique Me Gravel.

L’avocat de Simon Homans mentionne que la condamnation totale dépasse les 180 000 $, parce que les intérêts se sont accumulés depuis 2011. Simon Homans pourra passer à autre chose après onze ans de toute cette histoire, indique Me Gravel.

Des courses d'accélération à Saint-Élie Motorsports.

Des courses d'accélération à Saint-Élie Motorsports

Photo : Radio-Canada

Il rappelle que la Cour d’appel avait permis la reprise des activités. L’entreprise va continuer d’opérer, signale Me Justin Gravel.

En théorie, la Ville de Sherbrooke pourrait porter la cause en appel devant la Cour suprême du Canada si elle obtenait l’autorisation du plus haut tribunal du pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !